29 mai 2009

La nécessité de protéger l’environnement


L’être humain est en constante évolution et s’adapte à son environnement au niveau génétique, physique et hormonal. Nous sommes de loin différents de ce qu’était l’homme de Cro-Magnon. Dans 100 000 ans, nous serons probablement différents de ce que nous sommes d’aujourd’hui. Les changements environnementaux des dernières années ont eu des répercussions importantes sur la faune, la végétation, les animaux et sur l’être humain. Les oiseaux meurent, couverts d’huile, certaines espèces disparaissent à une cadence jamais égalée, l’air est rempli de gaz à effet de serre qui réchauffent considérablement notre planète et l’endommagent. La médecine est maintenant confrontée à de nouveaux virus, de nouvelles bactéries, de nouvelles maladies infectieuses dont elle est en continuelle quête de nouveaux remèdes. Cette réalité affecte considérablement notre santé et notre qualité de vie. Le réchauffement planétaire engendre de graves conséquences : la fonte des glaciers; des canicules causant la mort de milliers de personnes; une augmentation des ouragans, tornades, typhons, inondations, déluges. À certains endroits, la couche d’ozone qui nous protège des rayons ultra-violets nocifs du soleil a complètement disparue, engendrant une augmentation du taux de cancer de la peau. Toutes ces conséquences alarmantes sont expliquées dans le film « Une vérité qui dérange » que je vous suggère fortement. D’ailleurs, Al Gore, réalisateur du film, a reçu un prix Nobel à cet effet pour l’ensemble de son œuvre. Le plus déplorable est que nous sommes tous responsables de cette triste réalité. Elle découle de la négligence et de la surexploitation de l’être humain face à son environnement pour s’enrichir, développer de nouvelles technologies, faciliter son transport, son confort, …Mais jusqu’où sommes-nous prêts à aller pour détruire l’environnement dans lequel nous vivons si paisiblement ? Beaucoup de gens ne se sentent pas concernés par les problèmes environnementaux et par la fait même, ne s’en préoccupent pas car cela n’affecte pas leurs intérêts personnels dans l’immédiat. Certaines personnes croient que les grandes entreprises sont principalement responsables de cette pollution, mais détrompez-vous. En réalité, 50% des gaz à effet de serre sont émis par les grandes entreprises alors que l’autre 50% vient directement de chacun de nous, par l’utilisation que nous faisons du chauffage de notre maison, de l’éclairage, du choix de nos appareils électroménagers, … Il ne s’agit donc pas de faire porter le blâme sur les gouvernements et les grandes entreprises car nous partageons tous la responsabilité des dommages que nous faisons subir à notre planète. Je vois encore des gens vider les mégots de cigarette de leur cendrier d’automobile dans les stationnements publics ou des gens nettoyer leur entrée de maison avec l’arrosoir.

On vit dans une ère capitaliste mais heureusement, il y a un vent de changement qui s’installe. Sinon, notre espèce disparaîtra un jour. On voit naitre une ère de spiritualité, de prise de conscience. Les écologistes purs et durs utilisent des interventions publiques pour promouvoir leur cause. Ces manifestations publiques sont nécessaires pour faire réagir les gouvernements de l’urgence de la situation mais cette approche ne convient pas à tout le monde. Manifester n’est pas la seule façon de sauver notre planète. Vous pouvez tous faire partie de la solution en adoptant de petits changements dans votre vie quotidienne, en refusant d’utiliser certains produits qui nuisent à l’environnement, en recyclant, en soutenant les organismes verts, en évitant votre consommation excessive, en utilisant moins de papier, en économisant l’eau et l’énergie à la maison. Ce sont de petits gestes qui peuvent parfois sembler banals, mais si nous le faisons tous, nous obtiendrons d’énormes résultats et permettront à nos enfants de grandir dans un environnement convenable. Les dommages que nous avons fait subir à l’environnement sont encore réversibles si nous agissons maintenant, et ensemble. Prendre de bonnes décisions quant à votre consommation vous permet non seulement d’aider l’environnement mais de réduire vos factures et vous faire économiser de l’argent. Par exemple, séchez vos vêtements l’hiver en les installant sur un support à linge conçu à cet effet vous permet de diminuer votre facture d’électricité tout en augmentant le taux d’humidité de votre maison. Vous économiserez ainsi l’achat d’un humidificateur souvent utilisé l’hiver pour pallier à l’air sec causé par le chauffage. Tous les petits gestes que vous pouvez faire pour contribuer à la santé de l’environnement sont détaillés dans le livre « Le virage vert au quotidien » écrit par Tanya Ha. Je vous le suggère fortement. Ce sont de petits gestes qui feront toute la différence. Voici plusieurs exemples tirés de ce livre :
- Arrêtez de fumer, autant pour votre santé, votre portefeuille que pour l’environnement.
- Allez porter les biens matériels que vous n’utilisez plus (vêtements, meubles, …) à des œuvres de charité pour les gens dans le besoin.
- Donnez l’exemple car vous seriez surpris de constater combien de gens vous regardent constamment et prennent exemple sur vous.
- Lorsque vous faites l’achat d’électroménagers, d’appareils de chauffage, de systèmes d’éclairage, d’appareils électroniques ou de produits commerciaux, choisissez des appareils « énergie star » qui consomment moins d’énergie. Vous économiserez de l’argent tout en préservant l’environnement. Choisissez un chauffe-eau éco énergétique. Choisissez votre laveuse et votre sécheuse avec un chargement frontal. Ceux-ci consomment 60% moins d’eau, 50% moins de détergent et économisent 40% d’énergie. Lavez à l’eau froide et nettoyez le filtre de la sécheuse après chaque utilisation. L’été, utilisez une corde à linge pour sécher vos vêtements à l’extérieur.
- Faites une utilisation judicieuse de la quantité d’eau que vous utilisez chaque jour pour vous laver, pour arroser votre terrain, pour nettoyer, … Par exemple, ne laissez pas couler l’eau inutilement lorsque vous vous brossez les dents ou lorsque vous faites la vaisselle. Réparez les robinets qui fuient.
- Recyclez le carton, le papier, le plastique, le verre, l’aluminium, le caoutchouc et l’acier. Le recyclage n’est pas une option, c’est une nécessité. Cessez d’utilisez les sacs de plastique.
- Diminuez l’utilisation de produits de nettoyage nocifs pour l’environnement et utilisez des produits sécuritaires tout aussi efficaces. Par exemple, le bicarbonate de soude absorbe très bien les odeurs et possède des propriétés désinfectantes pour nettoyer vos comptoirs. Le vinaigre blanc est excellent pour le nettoyage des vitres et la cuvette de la toilette.
- Ne jetez pas de nourriture ni de déchets dans la toilette et l’évier. De la même façon, les serviettes hygiéniques devraient être jetées à la poubelle pour éviter qu’ils bouchent les tuyaux.
- Contrôlez les pertes de chaleur de votre demeure de différentes façons. Ouvrez les rideaux le jour pour bénéficier des rayons du soleil et fermez-les le soir pour conserver la chaleur à l’intérieur. Assurez-vous que l’isolation de votre demeure soit adéquate et colmatez les ouvertures à l’extérieur qui donnent accès à votre demeure. Installez des thermostats électroniques pour contrôler la température de jour et baissez-les à 17 degrés Celsius la nuit pendant votre sommeil. Fermez les lumières dans une pièce inoccupée.
- Installez un filtre à l’entrée du drain de la douche ou du bain pour éviter que des cheveux ou des résidus de savon s’accumulent et bouchent les tuyaux. Vous éviterez ainsi l’utilisation de produits chimiques forts pour déboucher vos tuyaux. N’oubliez jamais que tout ce que vous jetez dans l’eau contribue à augmenter le processus de nettoyage de l’eau par votre municipalité afin de la rendre potable pour vous. Les additifs qui colorent l’eau de la cuvette sont inutiles. Ne jetez jamais de l’huile à moteur, de la peinture ou tout produit toxique dans les égouts. Mettez-la dans un gallon vide de lave-glace et allez le porter à l’éco-centre près de chez vous.
- Évitez le nettoyage à sec de vos vêtements le plus possible car ces procédés utilisent des solvants toxiques.
- Éloignez vos poubelles de la maison et évitez de laisser de la nourriture à découvert pour éviter d’attirer les fourmis. De cette façon, vous préviendrez l’utilisation de pesticides pour les éliminer.
- Réduisez votre consommation de papier en envoyant vos messages par courrier électronique par exemple. Adhérez au service de paiement de vos comptes en ligne par paiements sécurisés.
- Fermez l’écran de votre ordinateur si vous ne l’utilisez pas.
- Ne jetez jamais vos téléphones cellulaires, vos cartouches d’encre et vos piles dans les poubelles. Les piles contiennent un métal lourd qui peut menacer la santé de l’environnement.
- Faites l’achat d’une voiture économique et éco énergétique. Utilisez le transport en commun, faites du covoiturage et utilisez votre vélo ou vos jambes pour vous déplacer. Incitez votre entourage à faire comme vous. Le transport routier des particuliers compte pour 50% de la contribution moyenne aux gaz à effet de serre.
- Évitez l’utilisation de tapis surtout dans vos chambres et les endroits où vous passez plus de temps.

Sébastien Plante
Physiothérapeute et ostéopathe
http://www.sebastienplante.com/

23 mai 2009

Soins de base à connaître pour vos douleurs

S’il s’agit d’une blessure musculaire ou articulaire au niveau périphérique (membre supérieur ou membre inférieur), il est recommandé d’appliquer de la glace humide dix à quinze minutes avec un bandage compressif pour faire diminuer l’œdème le plus rapidement possible. Vous pouvez répéter l’application de glace trois à quatre fois par jour durant les quarante-huit premières heures. Ce qui se rapproche le plus de la glace concassée utilisée dans les cliniques de physiothérapie est un sac de légumes congelés que vous trouvez à l’épicerie et que vous entourez d’une serviette humide pour avoir un effet en profondeur. L’application de glace uniquement n’est pas suffisante pour faire diminuer l’œdème. Il faut absolument appliquer un bandage compressif avec une compression plus forte en distal qu’en proximal pour favoriser le retour veineux vers le cœur. De plus, l’élévation du membre atteint est recommandée. Lors d’œdème important aux pieds et aux chevilles, le port d’un bas élastique compressif est souvent nécessaire.

L’inflammation est nécessaire afin qu’une structure puisse guérir mais il faut la contrôler. Si le robinet de votre cuisine se brise et que vous fermez l’alimentation d’eau rapidement, vous aurez moins de dégâts dans votre demeure que si vous aviez laissé couler l’eau toute la journée et aviez fermé l’alimentation d’eau seulement le lendemain matin. Le même principe s’applique avec le corps humain. C’est une des raisons qui fait en sorte que les sportifs guérissent beaucoup plus vite que monsieur et madame tout le monde. Leur prise en charge est beaucoup plus rapide, donc les dégâts sont moins importants et la guérison se fait plus efficacement.

S’il s’agit d’une blessure au cou ou au dos, il y a beaucoup de contradictions quant à l’application de glace ou de chaleur étant donné que ce sont des régions avec des masses musculaires plus importantes et que l’on note souvent des spasmes musculaires. Le but de la glace est de diminuer l’œdème et la douleur alors que celui de la chaleur est de relâcher un spasme ou une musculature tendue. Personnellement, s’il y a eu un traumatisme direct, je recommande l’application de glace pour les quarante-huit premières heures et ensuite la chaleur. Mais, s’il n’y a pas eu de traumatismes comme c’est le cas dans plusieurs consultations que je reçois, je recommande la chaleur entourée d’une serviette humide chaude pour avoir un effet de relâchement musculaire. Pour certaines raisons, il y a des gens qui réagissent mieux à la chaleur et d’autres au froid. Dans ce cas, utilisez ce qui vous fait du bien. Votre corps vous parle et vous dit souvent ce qui est bon pour lui. Il suffit de l’écouter.

Pour ce qui en est des crèmes analgésiques vendues en vente libre, certaines sont publicisées plus que d’autres mais cela ne veut pas nécessairement dire qu’elles sont plus efficaces. Elles sont généralement sélectionnées par les gens selon leurs préférences à la sensation de chaleur, de froid, d’odeurs fortes, à leurs croyances, etc. Outre l’effet placebo, elles ont toutes des propriétés différentes mais le principe d’action demeure sensiblement le même d’une crème à l’autre : c’est-à-dire qu’elles faussent l’interprétation de la douleur au niveau du cerveau. C’est un phénomène d’inhibition neurologique de la douleur. Lors d’application de crèmes analgésiques, le cerveau interprète les propriétés de la crème telles la chaleur, le froid, l’odeur, au lieu d’interpréter la douleur. La crème analgésique masque donc temporairement la douleur, aide à soulager et à contrôler les symptômes aiguës et sub-aiguës pendant qu’elle agit mais elle ne règle pas la cause de la douleur lors de problèmes chroniques. Ne vous laissez donc pas séduire par des crèmes dites « miraculeuses » qui vont à la source du problème. La publicité n’est pas toujours synonyme de véracité. Pour les conditions aiguës et sub-aiguës, l’utilisation de crèmes analgésiques est tout à fait justifiée car elle permet de contrôler les symptômes pendant que le corps guérit par lui-même. De plus, en contrôlant la douleur, elle permet parfois à la musculature de se relâcher suffisamment pour éliminer des tensions musculaires. Il existe depuis peu de temps une crème avec des propriétés anti-inflammatoires reconnues vendue en vente libre dans les pharmacies. Cette crème se nomme « Voltaren » et c’est celle que je recommande à tous mes patients. Informez-vous à votre pharmacien. Cependant, rappelez-vous que l’utilisation de crèmes analgésiques ne représente pas une solution complète lors de problèmes chroniques.

Sébastien Plante
Physiothérapeute et ostéopathe
www.sebastienplante.com

Les types de douleur

Il existe des douleurs aiguës, des douleurs sub-aiguës et des douleurs chroniques. On ne traite pas une douleur aiguë de la même façon que l’on traite une douleur chronique car ce ne sont pas les mêmes mécanismes de contrôle de la douleur qui entrent en jeu. Ceci est très important à comprendre. Dans le cas d’une douleur aiguë intense qui survient sans raison, vous devriez toujours consulter votre médecin d’abord pour éliminer toutes pathologies graves. Ce dernier vous prescrira une médication adéquate pour contrôler vos symptômes tout en investiguant la cause de vos douleurs par différents examens. Il s’agit probablement d’un phénomène inflammatoire important qu’il faut contrôler d’abord. Il n’est pas nécessaire de consulter d’emblée un professionnel tel qu’un chiropraticien, physiothérapeute ou ostéopathe. Prenez votre médication et accordez-vous du repos. Lors de pathologies plus importantes, il y a habituellement une perturbation de l’homéostasie générale du corps humain. Les signes et symptômes habituels de douleurs reliées à un cancer sont: douleurs nocturnes, perte de poids inexpliquée, perte d’appétit, apparition de bosses, changement de la texture de la peau, etc.

Dans le cas d’une douleur aiguë qui survient suite à un traumatisme important tel qu’un accident de voiture, une chute importante ou un coup direct important; vous devriez toujours consulter un médecin d’abord pour éliminer tout risque de lésions structurelles (exemple: fracture) avec une radiographie ou des examens complémentaires. Si aucune lésion structurelle n’est décelée ou que le traumatisme n’est pas majeur, vous devez savoir que le corps possède une capacité d’auto guérison incroyable qui prend de quatre à six semaines et dans 80% des cas et plus, la condition se rétablira d’elle-même. Ce n’est donc pas une obligation de consulter un professionnel durant cette période si vous appliquez les principes de traitement de base que j’énumérerai dans une chronique ultérieure. La prise d’une médication anti-inflammatoire et anti-douleur pourra vous aider à contrôler vos symptômes pendant la guérison naturelle du corps.

Les douleurs qui surviennent la nuit et au réveil, de même que les raideurs matinales qui diminuent rapidement peuvent être causées par un oreiller et un matelas inadéquat, une mauvaise position de sommeil, mais la plupart du temps, elles sont causées par des tensions myofasciales trop importantes à l’intérieur du corps. Dans ce cas, une visite en ostéopathie est fortement suggérée.

Les douleurs au lever ou les raideurs matinales qui persistent plusieurs heures malgré l’activation du corps ont souvent une cause inflammatoire. Les problèmes inflammatoires peuvent être multiples allant d’une maladie inflammatoire (arthrite par exemple) à un problème physique tel qu’une bursite. Il y a habituellement présence de signes et symptômes tels que chaleur, rougeur, œdème. La douleur est présente au repos et diminuée par la prise d’anti-inflammatoire non stéroïdien. Dans ce cas, consultez votre médecin ainsi qu’un bon nutritionniste ou naturopathe pour s’assurer que votre alimentation est saine. Trop de gens croient qu’ils s’alimentent bien alors que ce n’est pas du tout le cas lorsqu’on prend le temps de vérifier les aliments qu’ils choisissent. La surconsommation de sucre est un problème majeur dans notre société puisque le sucre est ajouté dans presque tous les aliments que nous consommons. La surconsommation de sucre acidifie l’organisme, le rendant beaucoup plus vulnérable aux divers problèmes inflammatoires. Il faut donc prendre le temps de lire la liste des ingrédients à l’endo de chaque aliment et un bon professionnel pourra vous guider dans cette démarche si vous ne possédez pas les connaissances nécessaires.

Vous êtes dans la phase sub-aiguë si vous éprouvez toujours une douleur ou un inconfort suite à cette période de guérison de quatre à six semaines malgré les recommandations que vous avez suivies. Si la douleur est soulagée par la prise AINS (anti-inflammatoire non stéroïdien), il y a probablement une irritation locale ou un phénomène inflammatoire et il se peut qu’une structure soit lésée. À ce moment, un examen complémentaire tel un scanner ou une résonance magnétique (IRM) pourrait être utilisé. Si la douleur n’est pas soulagée par la prise AINS ou qu’il n’y a aucune position qui soulage la douleur (position antalgique), ce n’est probablement pas un problème inflammatoire. Le scanner et la IRM ne sont donc pas indiqués d’emblée puisqu’il s’agit probablement d’un problème fonctionnel. À ce stade-ci, il est recommandé de consulter un professionnel de la santé tel qu’un intervenant en physiothérapie, un chiropraticien ou un ostéopathe pour corriger ce problème. Il faut éviter qu’une douleur se chronicise car à ce moment, des centres de douleur au niveau du système nerveux central seront activés et la douleur sera plus difficile à traiter.

S’il n’y a pas eu d’événements traumatiques et que la douleur s’est installée progressivement, vous êtes également dans une phase sub-aiguë ou même chronique et la consultation d’un professionnel est recommandée. Rappelez-vous toutefois qu’il faut d’abord et avant tout enlever le maximum d’éléments perturbateurs possibles pour maximiser vos chances de guérison. Tous ces éléments perturbateurs sont détaillés dans le livre « Vaincre la douleur et la maladie » publié par Québécor.

Si vous éprouvez toujours cette douleur après trois à six mois, vous êtes dans la phase chronique. Vous auriez dû à ce stade-ci avoir consulté plus d’un avis professionnel car il se peut qu’une approche différente de celle qui vous ait été proposée au départ soit nécessaire. Une approche ostéopathique est fortement recommandée car elle évalue le corps dans sa globalité et dispose de plus d’outils pour vous aider. Par contre, elle consiste en une thérapie passive et vous devrez probablement inclure un bon programme d’exercices pour maximiser vos chances de guérison. Certains kinésiologues et entraineur(e)s offrent d’excellents programmes d’exercices adaptés selon votre condition. Certains physiothérapeutes spécialisés en thérapie manuelle offrent également d’excellents traitements dans la phase chronique.

L’aspect proprioceptif est souvent plus important que l’aspect structurel à ce stade-ci et comme une approche bio-psycho-sociale est préconisée, les professionnels qui n’appliquent que des manipulations vertébrales et/ou des thérapies passives avec ultrasons, interférentiel, laser, offrent un traitement incomplet. Un traitement incomplet peut donner des résultats non satisfaisants.

Sébastien Plante
Physiothérapeute et ostéopathe
www.sebastienplante.ca

11 mai 2009

Ce qui se cache sous la grippe A H1N1

Les compagnies pharmaceutiques ont une emprise totale sur le fonctionnement de notre système médical ainsi que sur la pratique de plusieurs professionnels. Plusieurs informations sont souvent cachées au grand public. Il y a toujours deux côtés à une médaille alors qu'on nous en présente souvent qu'un seul. Donc, parce que je considère que chacun a droit de recevoir les vraies informations quand à la peur engendrée par la grippe A H1N1, je vous partage le texte écrit par Lina B. Moreco
Bonne lecture et surtout, bonne réflexion
Sébastien Plante

Un article du 9 mars 2009 annonçait la construction au Mexique d'une usine à vaccins de 100 millions d'euros en prévisions d'une pandémie éventuelle. Bien sûr, la campagne médiatique était organisée depuis des mois et plusieurs spécialistes tel que le Dr. Deagle, Dr. Laibow, Dr. Mercola, l'avaient annoncé et tout était bien préparé.

Comme je trouve que ç'est pas très régulier ce qui ce passe actuellement dans les médias, à propos de la grippe au Mexique; je voulais juste communiquer certains détails :

Aventis avait déjà signé une entente de développement de vaccin anti grippal il y a un mois à l'endroit même où s'est déclenchée cette grippe.

Communiqué de presse de Sanofi-Aventis :

Sanofi-Aventis investit 100 millions € pour construire une usine de vaccin grippal saisonnier et pandémique au Mexique
Contrat signé à Mexico
http://www.sanofi-aventis.com/presse/communiques/2009/ppc_24324.asp http://www.sanofi-aventis.com/presse/communiques/2009/ppc_24324.asp
http://www.sanofi-aventis.com/en-bref/news/vaccins-mexique/vaccins-mexique.asp

*********
En ce qui concerne le Tamiflu que veut essayer de vendre, sais-tu qui ? Donald Rumsfield, ancien secrétaire à la défense des États-Unis et qui est désormais président de la compagnie Gilead qui fabrique le Tamiflu...
http://www.gilead.com/wt/sec/pr_933190157/

*********
Et puis finalement, la compagnie Baxter qui, en quelques semaines, sortira un vaccin sur le marché, alors qu'on sait que la recherche sur un vaccin prend du temps, pas une semaine.

Recherche Google : Baxter vaccine swine flu
http://news.google.ca/news?hl=en&q=baxter+vaccine+swine+flu&lr=lang_en%7Clang_fr&um=1&ie=UTF-8&ei=iwr7Sfb8OI7ItgePgt2QBw&sa=X&oi=news_group&resnum=1&ct=title

*********
Je ne veux surtout pas crier au complot... mais à une certaine exagération. Si tu es en santé, tu ne vas probablement pas décéder de cette grippe et plus encore, tu ne vas probablement pas rester très longtemps à l'hôpital ou pas y aller du tout.

Ce serait bien de donner toutes les informations à la population, et de voir que 17 cas de grippe Mexicaine, une grippe qui n'est plus porcine, qui a changé de nom tout à coup, ou depuis que les éleveurs de porcs du Mexique ont crié détresse, une grippe qui s'est développée dans un pays où des gens ne mangent pas à leur faim, car, s'il y a pandémie au Mexique, c'est certainement des gens qui meurent de ne pas manger à leur faim.

Merci d'avoir lu mon email, et merci de le passer aux gens que vous connaissez.

Lina B Moreco

Pour lire différentes opinions sur le vaccin voir ce qui se dit sur :
http://linabmoreco.wordpress.com

2 mai 2009

Votre matelas est-il en cause dans vos douleurs au dos ?

La majorité des gens concluent que leur matelas est dû pour être changé lorsqu’ils se réveillent le matin avec des courbatures ou des douleurs au dos. L’industrie du meuble et du matelas profite de cette réalité pour promouvoir toutes sortes de matelas avec différentes propriétés et ainsi réaliser des profits substantiels. L’approche marketing est mise de l’avant pour convaincre les gens qu’un bon matelas est la solution à leur problème et certaines entreprises s’associent même avec des professionnels de la santé pour rendre leur propos plus crédibles. Il est vrai qu’un bon matelas est nécessaire mais beaucoup trop d’individu change leur matelas inutilement, simplement à cause de la désinformation sur le sujet. La preuve en est que le soulagement n’est souvent que temporaire et les douleurs ainsi que les courbatures se réinstallent chaque matin malgré l’achat d’un matelas de qualité. La réalité est bien différente de la publicité.

Il est important de savoir que le corps humain possède un système nerveux autonome, c’est-à-dire un système nerveux indépendant de votre volonté qui assure le fonctionnement de vos organes vitaux. Ce système nerveux autonome est divisé en deux systèmes : sympathique et para-sympathique. Le système sympathique est le système de survie qui nous permet de réagir face aux événements de la vie et nous garde en état d’alerte. Nous fonctionnons majoritairement sur ce système lorsque nous sommes éveillés. Le système para-sympathique est le système de guérison. Ce système entre en action lorsque nous sommes au repos. Il assure, entre autres, la digestion et la guérison des tissus. Qui dit guérison, dit inflammation. L’inflammation est un processus naturel et nécessaire du corps humain pour permettre à un tissu de guérir.

Lorsque les gens se couchent pour dormir, ils basculent involontairement sur le système para-sympathique. Si une personne a fonctionné toute la journée avec une quelconque dysfonction (articulation bloquée, raideur musculaire, mauvaise occlusion, hernie discale, …), il est normal que le corps tente de guérir naturellement cette ou ces blessures lorsqu’il bascule sur le système para-sympathique. Donc, la nuit correspond à une période inflammatoire et c’est pour cette raison que plusieurs personnes se lèvent courbaturées. Dès qu’elles se mettent à marcher ou à fonctionner normalement, elles basculent à nouveau sur le système sympathique et les douleurs diminuent progressivement. Ce n’est qu’une question d’anatomie !

Donc, avant de changer votre matelas, assurez-vous que votre corps n’ait pas de blocage ou de raideur indésirable, que votre vie soit en équilibre et que votre alimentation soit saine. Lisez le livre « Vaincre la douleur et la maladie » pour connaître tous les éléments perturbateurs qui nuisent au bon fonctionnement du corps humain. Au besoin, consultez un bon ostéopathe qui sera en mesure de rétablir l’équilibre de votre corps de façon à ce que vous récupériez mieux.

On vit dans une société de consommation et comme la douleur chronique n’est pas très bien comprise par le corps médical, les entreprises vous proposeront toutes sortes d’objets visant à améliorer votre qualité de vie. Il est très facile de vendre l’espoir à quelqu’un qui souffre. Prenez toujours l’habitude de réfléchir avant d’acheter tous les produits miracles sur le marché. Les accessoires extérieurs (matelas, semelle plantaire, collier magnétique, …) devraient êtres utilisés en dernier recours.

Après avoir retrouvé l’équilibre dans votre vie et dans votre corps, si les douleurs persistent et que vous êtes convaincus que votre matelas est en cause, faites le test avant de l’acheter. Il n’y a pas de meilleure méthode pour valider une hypothèse que de la mettre à l’épreuve et de la vérifier. Allez dormir chez un ami ou passez un week-end à l’extérieur. Notre corps nous parle mais nous ne nous fions pas assez souvent à nos intuitions.

Sébastien Plante
Physiothérapeute et ostéopathe
www.sebastienplante.com