2 oct. 2010

Comprendre l'ostéopathie

L’ostéopathie est une approche de plus en plus courue pour les problèmes de douleur chronique. L’ostéopathie vise à rétablir l’homéostasie; c’est-à-dire l’équilibre du corps humain à l’aide de techniques manuelles. Elle se différencie des autres thérapies par sa vision globale de l’individu. En effet, l’ostéopathe évalue le patient de la tête au pied peu importe la région douloureuse ou symptomatique. Il évalue la posture, le crâne, les membranes internes, … sans négliger le côté émotionnel et nutritionnel du patient.

Le traitement dure environ 45 minutes et l’ostéopathe peut travailler sur trois niveaux différents : structurel, membraneux ou liquidien. Le niveau structurel est bien connu car la majorité des professionnels de la santé travaillent sur ce niveau (chiropracticien, physiothérapeute, massothérapeute, …). Il inclut les techniques de manipulation vertébrale ou périphérique (craquement), les techniques de mobilisation articulaire, les différentes techniques musculaires, les tractions, …

Le niveau membraneux se situe davantage au niveau des membranes internes (péritoine, fascia, dure-mère, …) qui tapissent l’intérieur du corps. Lors de stress émotionnel, ces membranes deviennent tendues et expliquent souvent les douleurs du patient, sans que celui-ci n’est subi aucun traumatisme physique. La maitrise du niveau membraneux est capitale pour parvenir à enrayer plusieurs douleurs chroniques et obtenir un résultat durable.

Finalement, li niveau liquidien devrait plutôt être nommé niveau énergétique. En effet, l’ostéopathe ne perçoit pas le mouvement des liquides à l’intérieur du corps mais bien la motilité des différents organes. La motilité représente la capacité d’un organe à se mouvoir seul, c’est-à-dire son mouvement énergétique de mise en place lors de l’embryologie. Par exemple, lors de l’embryologie (formation du fœtus), l’estomac fait un mouvement de rotation vers la droite autour du tube digestif lors de sa mise en place. L’ostéopathe percevra donc un mouvement de rotation droite de l’estomac lorsqu’il applique ses mains au-dessus de l’estomac. C’est donc en appliquant ses mains sur différents organes ou structures du corps humain que l’ostéopathe expérimenté parvient à déceler un point de ralentissement d’une région précise du corps au niveau énergétique. Cette perception par les mains est très difficile à développer et demande beaucoup de pratique avant d’y parvenir.

Pour mieux comprendre ce niveau énergétique, je vais utiliser l’image suivante : un boyau d’arrosage tordu sur lui-même. Pour parvenir à le détordre, vous pouvez manuellement prendre le boyau et le tourner en sens inverse jusqu’à ce qu’il soit complètement déroulé (technique structurelle). Vous pourriez aussi simplement augmenter la pression de l’eau à l’intérieur du boyau en ouvrant davantage la valve d’alimentation. La pression de l’eau augmentée sera suffisante pour détordre à elle seule le boyau et le dérouler.
Les techniques énergétiques qu’utilisent les ostéopathes et les acupuncteurs sont très puissantes. Ces techniques douces peuvent paraître ésotériques pour certains individus mais lorsqu’elles sont bien appliquées, elles peuvent faire toute la différence dans la qualité de vie d’un patient souffrant. Cependant, comme dans chaque profession, il y a de bons et de moins bons professionnels. Il ne faut donc jamais juger une profession en se basant uniquement sur les actes d’un professionnel. Un bon ostéopathe devrait maitriser ces trois niveaux et les appliquer à tour de rôle dans chacun de ses traitements. Ce n’est pourtant pas toujours le cas! Certains choisissent de travailler seulement un niveau en particulier parce qu’ils ne maîtrisent pas bien les autres niveaux ou tout simplement par croyances personnelles.

Chaque ostéopathe travaille donc à sa façon selon ses croyances et sa vision du corps humain. C’est pourquoi, le seul élément qui importe est le résultat du traitement. Si vous n’avez pas obtenu une nette amélioration de vos symptômes après 5 visites, vous devez consulter un autre professionnel. Ce conseil devrait toujours s’appliquer peu importe le professionnel que vous choisissez.

Sébastien Plante pht, D.O.
www.sebastienplante.com

3 sept. 2010

Un vent de changement s’installe

Le monde dans lequel nous vivons est en perpétuel changement depuis le début des temps. Les cultures se font et se défont. Certaines espèces disparaissent alors que de nouvelles font leur apparition. Les mentalités et les valeurs changent de sorte que le visage du monde se modifie. L’humanité va de l’avant, dans une évolution qui se fait de plus en plus rapidement, évoluant non pas vers une catastrophe écologique ou une impasse économique mais plutôt vers une conscientisation de l’être et une ouverture accrue du coeur.

Chacun de vous avez une influence sur ceux et celles qui évoluent autour de vous. En vous éveillant, vous devenez une étincelle qui embrasera les autres et qui influencera la conscience collective. Les changements individuels précèdent toujours les changements collectifs. Chacun de vous contribue à la beauté de cette transformation mondiale en vous transformant vous-mêmes. Plus vous portez votre attention sur ce qu’il y a de positif, moins vous laissez de place à la négativité de s’installer. N’oubliez jamais que vous pouvez changer la vie de quelqu’un simplement en lui offrant un sourire ou des paroles réconfortantes au moment où il en a le plus besoin.

Nous sommes actuellement plongés dans une ère de changement et ce changement de mentalité génère parfois beaucoup de résistance. La plus grande résistance que vous rencontrerez sera celle qui vient de votre intérieur, de votre fermeture d’esprit et qui vous garde prisonnier de vos fausses croyances. Ne résistez pas au changement, c’est l’essence même de la vie. Accueillez avec amour les alternatives qui s’offrent à vous dans un processus d’éveil, d’illumination et d’évolution. Utilisez simplement votre discernement en vous centrant sur votre cœur et suivez cette voix. Ne jugez pas ceux qui empruntent une voix différente de la vôtre car chacun chemine à sa façon et à son rythme.

L'humain actuel n'est pas le dernier maillon de la chaîne évolutive et il sera dépassé. Ce processus est déjà commencé. Ce prochain bond évolutif laissera derrière lui les humains « animaux » alors que les humains conscients seront projetés vers l’avant. Tous les bonds évolutifs se sont vécus de cette façon alors que de nouveaux êtres naissent et certains restent derrière ou disparaissent. Tous les habitants de notre planète doivent de préparer à mourir à leur ancienne réalité et mentalité. Ceux qui en prendront conscience survivront alors que les autres seront emportés par la maladie ou tout autre désastre naturel. L’humanité est à l’aube d’un grand bouleversement et les changements physiques de la Terre ne sont rien en comparaison de la refont des consciences humaines.

Il y a toujours eu depuis le début des temps des Emprises qui ont pour but de contrôler l’humanité. L’acquisition du pouvoir et de richesse naturelle est un vice de l’être humain qui l’a conduit à de multiples guerres et massacres désolants. Nous n’avons qu’à penser à l’Emprise de l’Église Catholique. Cependant, une emprise est toujours vouée à s’écrouler de par la corruption qui s’installe à l’intérieur même de cette Emprise. L’Emprise pharmaceutique n’y fera pas exception. Nul besoin de se battre contre elle. Elle s’écroulera d’elle-même!
Il y a également toujours eu de la corruption dans chaque système (politique, économique, médical, …) et cela ne changera pas car l’être humain aura toujours le désir du pouvoir et de l‘argent. Cependant, c’est chacun d’entre vous qui l’entretenez en vous précipitant chez le médecin dès qu’un bobo survient au lieu de vous arrêter et de faire une introspection de vous-mêmes. Beaucoup de gens se plaignent du système médical, des vaccins, des médicaments et dès qu’ils deviennent malades, ils se précipitent chez le médecin. C’est une aberration totale mais c’est la nature humaine de rechercher la facilité et de rester passif. Ce n’est qu’une question de choix. Les tibétains et les cultures spirituelles se soignent eux-mêmes et vivent beaucoup plus vieux que nous. Ils ne se plaignent pas du système médical. Au contraire, ils s’en réjouissent car ils savent qu’il est là lorsqu’ils en auront besoin mais qu’ils doivent d’abord et avant tout compter sur eux-mêmes. Vous devriez connaître votre corps mieux que n’importe quel professionnel de la santé que vous rencontrerez. Alors, pourquoi ne vous faites-vous pas confiance ? Parce que vous n’avez pas de diplôme ? Les diplômes ne veulent rien dire. Ils sont là seulement pour l’ego de celui qui le possède.

Apprenez à écoutez votre corps, à l’étudier, à l’analyser, à le soigner, à le purifier et à le remercier. Il existe tellement de méthodes alternatives pour guérir que les gens n’explorent pas parce que les médias n’en parlent pas ou en parlent-en mal. La santé n’est pas un sujet qui suscite beaucoup de cote d’écoute comparativement aux émissions de télé-réalité. Les gens préfèrent s’intégrer dans la vie des autres au lieu de s’ingérer dans la leur.

Ce vent de changement qui est en train de s’installer vous demande que vous soyez disponibles à l’appel de l’Amour, disponibles aux autres, disponibles pour tout reconsidérer, à commencer par la façon dont vous vous comportez chaque jour. Un être humain qui s’aime ne va jamais consommer de drogues, de cigarettes ou de produits toxiques car il sait pertinemment qu’il se détruit en agissant de la sorte.

Vous êtes tous porteur d’un message important car c’est à travers chacun de vous qu’il faut guérir l’humanité. Comme dit le proverbe : « changez vous-mêmes et vous changerez le monde ». C’est à travers la conscience collective et la prise de conscience de chacun d’entre vous que vous guérirez l’infection dont souffre l’humanité.

Sur cette vie terrestre, nous partons tous du même point commun qu’est notre naissance et finissons également au même point qu’est notre mort physique. Le cheminement entre les deux est unique à chacun et se nomme l’expérience. Je vous ai fais part du mien en espérant rendre le votre le plus agréable possible.

Comme disait Platon 400 ans avant Jésus Christ : « On ne peut guérir un organe sans guérir le tout. On ne doit pas soigner le corps séparément de l’âme, et, pour que l’esprit et le corps retrouvent la santé, il faut commencer par soigner l’âme. C’est une erreur fondamentale des médecins d’aujourd’hui de séparer dès l’abord, l’âme et le corps.

Sébastien Plante, pht, D.O.

L'amour guérit

Sachez qu’il n’y a pas de plus grand pouvoir dans l’Univers que le pouvoir de l’amour. Avez-vous remarqué que tout va bien dans la vie des gens qui vivent le parfait amour ? Et cela commence toujours par l’amour de SOI. Apprenez à vous connaître et à vous accepter tel que vous êtes. Les gens se considèrent souvent inférieurs à ce qu’ils sont réellement. Apprenez à être bien avec la personne que vous allez passer le reste de votre vie, quoiqu’il arrive, c’est-à-dire vous.

L’acceptation de soi est la clé de tous les changements positifs. S’aimer soi-même ne signifie pas ce que les autres pensent de nous mais bel et bien ce qui nous habite à l’intérieur. Aimez votre intérieur, votre façon d’être et d’agir. Plus nous nous estimons, plus notre vie s’améliore. Les gens qui s’aiment et qui s’estiment ne craignent pas de demander ce qu’ils veulent.

Apprenez à vous aimez et à être bien avec vous-mêmes avant de vouloir être en relation ou d’aimer quelqu’un d’autre. Sinon, vous serez continuellement dépendants des relations que vous entretiendrez. Vous percevrez les autres comme étant responsables de votre bonheur et de votre épanouissement. Vos relations ne seront que superficielles et lorsqu’elles cesseront, vous vous sentirez abandonnés et chercherez désespérément quelqu’un qui peut vous donner ce que vous croyez être l’amour. Vous dépenserez beaucoup trop d’énergie pour vous faire aimer, pour combler votre vide intérieur.

Vous ne pouvez pas offrir d’amour à vos enfants et à votre conjoint si vous souffrez d’un vide d’amour intérieur. Les enfants qui grandissent dans une famille ou l’amour est absent deviennent des adultes qui manquent de sécurité intérieure, qui doutent de leur valeur et s’accrochent à n’importe qui pouvant leur offrir un peu d’amour et d’attention. Ils vont parfois utiliser un comportement manipulateur pour y arriver mais détruisent de cette façon la relation qu’ils cherchaient à préserver. Vous resterez toujours déçus si vous attendez le bonheur de quelqu’un d’autre.

L’amour de soi représente également la volonté de se dépasser pour notre propre évolution et s’acquiert lorsqu’on est seul. Accordez-vous des moments de solitude durant la journée pour réfléchir, comprendre et vous libérer des difficultés de votre passé, de vos croyances culturelles et sociales. Nous ne choisissons pas les événements qui nous sont imposés lorsque nous sommes bébé ou enfant. Si vous avez été abandonnés, violentés, humiliés, dévalorisés, … dites-vous que vous n’êtes pas les seuls. On ne choisit pas sa famille biologique. Ne vous en voulez pas d’être comme vous êtes. Nous avons simplement tendance à reproduire le monde émotionnel de notre enfance au même titre que vos parents ont reproduit le comportement de leurs parents selon l’éducation qu’ils avaient reçue. Nous faisons tous de notre mieux avec les connaissances et la conscience que nous avons comme nos parents ont fait de leur mieux avec les connaissances et la conscience qu’ils avaient. Vos parents ne pouvaient pas vous enseigner ou vous démontrer ce qu’ils n’avaient pas reçu. Il faut donc que vous cessiez immédiatement de vous dévaloriser ou de dévaloriser les autres. Si nos connaissances, notre conscience et notre compréhension étaient plus développées, nous agirions différemment.

J’ai appris que notre passé est responsable de la personne que nous sommes mais que nous sommes responsables de la personne que nous devenons. Le passé est passé et nous ne pouvons rien faire pour le changer. N’ayez pas honte de votre passé mais tirez-en plutôt une leçon et utilisez la sagesse que vous avez acquise de vos erreurs pour aider les autres à se déculpabiliser et à évoluer, simplement en partageant avec eux votre vécu et vos expériences. Nous vivons dans le moment présent et c’est exactement dans chacun de ces moments présents que nous devons agir pour bâtir notre futur. Vous êtes la seule personne qui puisse créer la vie que vous méritez.

Entourez-vous de gens que vous aimez et qui vous aiment. Laissez de côté les gens qui ont toujours une mauvaise attitude car ils auront une influence négative sur vous. Si vous vous entourez de gens heureux, vous augmentez vos chances d’être heureux. Lorsque vous changerez, il se peut que vous ayez à vous débarrasser de certaines relations insatisfaisantes pour vous permettre de découvrir une meilleure perception de votre personnalité et des autres.

Aidez les gens qui vous entourent et faites-le avec amour. Cela vous sera rendu un jour. Lorsque nous posons un geste d’amour envers quelqu’un, nous le faisons par choix parce que nous en retirons une satisfaction personnelle. Plus j’encourage l’évolution des autres, plus je favorise ma propre évolution. Ne dites pas aux gens des phrases du genre : « vous devriez être reconnaissants après tout ce que j’ai fait pour vous; ou comme j’entends souvent des parents dire à leur enfant : « J’ai dû me priver toute ma vie pour toi; c’est de ta faute si j’ai des vergetures ou si j’ai mal ». Lorsqu’on aime vraiment et qu’on pose un geste ou qu’on donne la vie, c’est parce que nous le voulons. C’est un choix que nous faisons pour nous. Ne posez pas de geste dans le but de recevoir quelque chose en retour. Faites-le simplement par amour.

Apprenez à partager vos biens. Par exemple, si vous avez lu un bon livre, faites-le circuler dans votre entourage. Beaucoup de gens s’achètent des biens matériels et se les approprient pour la vie. Combien de gens ont dans leur garde-robe des vêtements qu’ils n’ont pas portés depuis plus d’un an ? Pourtant, il y a des gens dans le besoin qui n’ont même pas de quoi s’habiller! Pourquoi ne pas leur en faire profiter ? Certaines personnes diront : « j’ai travaillé assez fort pour gagner cet argent, ils n’ont qu’à travailler comme moi ». Cette mentalité nous amène rarement la prospérité. Lorsqu’on se départie de quelque chose, ce n’est que pour laisser de la place à quelque chose de nouveau et de meilleur à venir. L’Univers se charge d’apporter l’abondance à ceux qui partagent, car en créant un vide, nous faisons de la place pour quelque chose de nouveau. C’est le principe de la loi d’attraction. La personne qui ne partage pas aura l’impression de toujours devoir travailler à la sueur de son front pour avoir ce qu’elle détient.

J’entends parfois des commentaires comme : « pourquoi arrive-il toujours des bonnes choses à cette personne ? ». C’est tout simplement parce qu’elle les attire. En partageant notre bonté avec les autres, un livre à quelqu’un, des vêtements à un plus démuni, … nous nous attirons des événements heureux. Lorsque vous faites quelque chose de mal, vous le savez intérieurement car vous ne ressentez pas un sentiment de paix intérieure. Alors, pourquoi le faites-vous ? Vous vous attirerez des événements malheureux, c’est la loi de l’attraction! Quand on crache en l’air, ça nous retombe toujours sur le nez!

Sébastien Plante
Physiothérapeute et ostéopathe

Entorse de cheville

L’entorse de la cheville représente un étirement des ligaments internes ou externes de la cheville. La majorité du temps (95%), ce sont les ligaments externes qui sont affectés alors que le mécanisme de blessure est une inversion du pied (pied qui tourne vers l’intérieur).

Il existe trois grades d’entorse :
1) L’entorse de premier degré est une simple élongation des ligaments. Une douleur est ressentie à la face externe ou interne de la cheville mais sans enflure. L’application de glace 12 à 15 minutes peut s’avérer efficace la première journée. Ce qui se rapproche le plus de la glace concassée dans les cliniques de physiothérapie est un sac de légumes congelés que vous entourez d’une serviette humide pour que le froid pénètre plus en profondeur. L’entorse guérira d’elle-même au bout de quelques jours seulement.
2) L’entorse de deuxième degré est un étirement et une déchirure partielle des ligaments. La douleur est plus importante et la cheville devient enflée. On note souvent la présence d’une décoloration de la peau qui représente le saignement interne des tissus endommagés. La mise en charge est difficile et douloureuse. L’application de glace trois fois par jour est nécessaire pour les trois à quatre premier jour de même que le repos. L’entorse guérira d’elle-même au bout de 4 à 6 semaines. Durant cette période, vous pouvez utiliser une canne ou des béquilles. Le port d’un bandage élastique est souvent favorable pour diminuer l’enflure. Il est recommandé de surélever le pied le plus souvent possible pour permettre à l’inflammation de se résorber plus facilement en favorisant le retour veineux vers le cœur. Par exemple, lorsque vous écoutez la télévision, vous pouvez appuyer votre pied sur un tabouret. Dans votre lit, placez un oreiller sous votre pied.
3) L’entorse de troisième degré est une déchirure complète des ligaments et nécessite une chirurgie.

Réhabilitation

Lorsque les ligaments sont guéris, il est essentiel de procéder à une phase de renforcement et de stabilisation de la cheville avant de reprendre vos activités sportives dans le but de prévenir une rechute. Une ré-éducation à la marche est également de mise pour prévenir un défaut de marche, étant donné que l’individu blessé a souvent compensé pendant la phase de guérison naturelle de la cheville. Tous les exercices de renforcement et de proprioception suggérés sont démontrés sur le site web www.sebastienplante.com dans la section « vidéos gratuits ».

Persistance de douleur
Il arrive dans certains cas que l’astragale (os qui s’articule avec le tibia) ait glissé vers l’avant lors de l’entorse et qu’il soit en dysfonction antérieure. Cette dysfonction bloque la flexion dorsale normale de la cheville et engendre, par conséquent, une tension excessive sur le fascia plantaire et le tendon d’Achille, prédisposant l’individu à développer une fasciite plantaire ou une épine de Lenoir. Normalement, lorsque vous êtes couchés sur le dos avec la jambe allongée, vous devriez être en mesure d’apporter votre pied vers vous de 20 degrés. Lorsque l’astragale est en dysfonction, la flexion dorsale est bloquée et limitée. Ceci nécessite une visite chez un ostéopathe, un chiropracticien ou un physiothérapeute spécialisé en thérapie manuelle pour corriger cette dysfonction articulaire. Une ou deux visites sont habituellement suffisantes. Par la suite, assurez-vous de conserver cette flexion dorsale en faisant l’exercice suivant :

Montez sur une marche d’escalier. Laissez le devant du pied sur la marche et l’arrière pied dans le vide. Laissez le poids de votre corps descendre l’arrière pied vers le sol jusqu’à une sensation d’étirement confortable dans votre mollet. Tenez cet étirement 30 secondes et répétez 5 fois de suite, à chaque jour pour 2 mois.

Sébastien Plante, physiothérapeute et ostéopathe
www.sebastienplante.com

Vous n’êtes pas seul(e) à souffrir d’incontinence urinaire

L’incontinence urinaire est fréquente mais les gens sont souvent mal à l’aise d’en parler. Elle consiste en une perte d’urine involontaire à l’effort, à la toux ou au repos qui peut survenir chez la femme et chez l’homme. Elle est souvent due à un affaiblissement du plancher pelvien soit par vieillissement, suite à un accouchement ou suite à une chirurgie. Plusieurs physiothérapeutes spécialisés et ostéopathes traitent ce problème avec succès.

Le renforcement du plancher pelvien est essentiel à votre réussite. Pour ce faire, étendez-vous sur le dos et pliez vos genoux. Vous allez d’abord contracter le plancher pelvien comme si vous vouliez retenir un jet d’urine. Vous maintenez la contraction dix secondes et ensuite, vous relâchez. Vous répétez l’exercice vingt fois. Lorsque vous maîtrisez bien cette première étape, vous allez ensuite contracter le transverse de l’abdomen (le muscle le plus profond des abdominaux) tout en gardant votre plancher pelvien contracté puisque ce sont deux muscles qui travaillent en synergie. Pour contracter le transverse, vous allez simplement rentrer votre nombril vers la table. Vous répétez vingt fois. Faites-le plusieurs fois par jour et n’oubliez pas de bien respirer pendant votre exercice. Vous pouvez également contracter votre plancher pelvien en position debout. Plus vous le faites souvent, plus vite sera votre amélioration. Les exercices de Kegel que vous trouverez sur internet sont également très efficaces et recommandés lors de problème d’incontinence urinaire.

Sébastien Plante, physiothérapeute et ostéopathe
www.sebastienplante.com

24 juill. 2010

L'importance de l'Unité

À mon avis, la racine du mal de l’humanité vient de la dualité. Une grave erreur que commet l’être humain est de consacrer trop d’importance au concept de dualité et de l’intégrer comme modèle dans notre société. Ceci a comme répercussion que chaque individu se croit unique et complètement indépendant des autres et de son environnement. Cette mentalité a plongé l’humanité dans une ère d’individualisme alors que les gens ne se préoccupent que de leur nombril.

Cependant, la réalité est tout autre. Lorsque nous blessons l’autre par nos propos ou par nos actes, c’est nous que nous blessons car nous sommes tous unis et reliés. Prenons un exemple très simple. Un employé de bureau (Tom) blesse son collègue de travail (Jerry) par des propos mal intentionnés. Jerry, visiblement blessé, vivra de la frustration et cette souffrance aura un impact négatif sur les gens qu’il côtoie. À la fin de sa journée, Jerry emprunte l’autoroute avec son automobile. Comme la circulation est dense et qu’il est préoccupé par ce qu’il a vécu, il devient plus impatient et agressif au volant. Il s’ensuit une altercation avec un autre automobiliste et il décide de lui couper la route brusquement provoquant un accident non intentionnel. Dans l’accident, une dame âgée tout à fait non responsable est gravement blessée. Le soir venu, Tom entre à la maison et apprend que la dame âgée gravement blessée est sa mère!

Si Tom avait agit avec plus d’altruisme, peut-être que cet accident ne serait jamais arrivé. Vous ne pouvez pas toujours mesurer l’étendu de vos actes et de vos paroles mais sachez que plus vous agissez de façon négative, plus vous laissez la place à la négativité de s’installer dans ce monde. Au contraire, plus vous agissez avec amour, plus la souffrance de ce monde diminuera et tout le monde en sera gagnant. Vous pouvez sauver quelqu’un simplement par un sourire ou un encouragement. Si l’être humain avait plus de conscience, il traiterait les autres comme un prolongement de lui-même. La prochaine fois que vous aurez envie de dire des paroles désobligeantes à quelqu’un ou de faire du mal à quelqu’un, pensez-y deux fois!

Lorsque quelqu’un vous fait du mal ou dit du mal de vous, vous êtes moins portés à vouloir vous rapprocher de cette personne et de collaborer avec elle. Donc, les professionnels de la santé qui passent leur temps à dénigrer certaines pratiques dans le but d’édifier la leur ne réalisent pas à quel point ils participent à creuser le fossé qui sépare les médecines alternatives de la médecine traditionnelle.

Nous sommes indissociables de la Terre sur laquelle nous vivons et des êtres qui partagent cette même Terre. Lorsque nous polluons notre environnement, c’est notre intérieur que nous polluons. Les déchets que nous déversons dans l’océan ont un impact très négatif sur les végétaux et les animaux aquatiques et en retour, nous nous nourrissons de ces mêmes végétaux et animaux. C’est le cycle de la vie qui existe depuis 16,4 milliard d’années. L’être humain est le seul être vivant à ne pas l’avoir compris, malgré son cerveau plus développé! Il a préféré acquérir un pouvoir incommensurable sur son environnement en détruisant tout sur son passage. Cependant, il est temps qu’il réalise qu’il est en train de se détruire lui-même car nous sommes dépendants des ressources naturelles de la terre, des végétaux et des animaux. Rompre l’équilibre du cycle de la vie nous conduira vers notre propre perte.

Lorsque nous consommons des médicaments en quantité industrielle comme des bonbons, alors qu’il existe tellement d’autres alternatives pour se soigner, l’excédant de ces médicaments est éliminé dans notre urine et nous contaminons ainsi l’eau potable. Ce faisant, nous perturbons le milieu de vie des végétaux et des animaux. En bout de ligne, comme nous consommons ces mêmes végétaux et animaux, nous nous intoxiquons à petit feu. Nous sommes donc en train de nous détruire nous-mêmes, de créer notre futur, par notre inconscience de la loi universelle de l’Unité.

Si vous voulez acquérir un équilibre constructif, il vous faut, dès à présent, intégrer cette loi universelle de l’Unité qui nous relie tous les uns aux autres, qui nous relie à cette Terre et qui nous relie à Dieu et à l’Univers. Cette loi de l’Unité doit s’étendre à toutes les sphères de votre vie ainsi qu’au corps humain. Vous devez prendre conscience que votre physique est indissociable de votre esprit et de votre âme.

Sébastien Plante, pht, D.O.

capsulite d'épaule


La capsulite de l’épaule est caractérisée par une perturbation de la micro-circulation sanguine dans la capsule de l’épaule. Cette perturbation de la circulation s’installe en présence d’un système neurologique fragilisé. Elle engendre un enraidissement de la capsule avec parfois un phénomène inflammatoire. La personne présente une difficulté importante à bouger et à lever le bras. Cette pathologie est très différente d’une tendinite où la personne a une amplitude articulaire habituellement complète mais présente des douleurs à l’effort. Pour vérifier si vous souffrez d’une capsulite, collez votre bras le long de votre corps avec le coude fléchi à 90 degrés et essayez de faire une rotation externe en apportant votre avant-bras vers l’extérieur tout en conservant votre coude collé au corps. Si ce mouvement est nettement diminué d’un côté par rapport à l’autre, vous êtes probablement en présence d’une capsulite.

Au niveau médical, on ne connaît pas les causes de la capsulite mais plusieurs facteurs pré-disposants ont été identifiés. La capsulite touche plus souvent les femmes anxieuses dans la quarantaine, ainsi que les personnes diabétiques. On connaît cependant l’évolution de la capsulite et la récupération est habituellement très longue. Elle peut prendre jusqu’à trois ans à se résorber. Plusieurs traitements chirurgicaux efficaces sont proposés comme l’arthrographie distensive mais le délai d’attente est souvent très long dans le milieu public et peut aller au-delà d’un an d’attente.

En ostéopathie, on constate que la capsulite survient souvent suite à un épisode de stress important ou suite à un choc émotionnel. Le pancréas et les changements hormonaux au niveau de l’utérus auraient peut-être également un rôle à jouer dans le développement de cette pathologie. Donc, en traitant l’épaule, le thorax, le diaphragme, les cicatrices, le système neurologique et certains viscères; l’ostéopathie parvient à des résultats beaucoup plus rapides et efficaces que le traitement local et spécifique de l’épaule.

Sébastien plante, physiothérapeute et ostéopathe
http://www.sebastienplante.com/

11 juin 2010

Arthrose au genou

L’arthrose n’est pas une maladie. C’est un processus normal de vieillissement qui consiste en une dégénérescence progressive du cartilage dans une articulation. Si votre posture n’est pas adéquate ou si vous souffrez d’embonpoint, les contraintes sur vos genoux seront plus grandes, le cartilage s’usera davantage et vous serez atteints d’arthrose précocement. Cependant, l’arthrose n’est pas nécessairement reliée à l’apparition de douleurs. De plus, les conséquences de l’arthrose (raideur, ankylose, douleur) peuvent être traitées efficacement en ostéopathie et en physiothérapie.

L’arthrose aux genoux sera pratiquement toujours bilatérale. Si vous n’avez pas eu de blessure particulière à un genou, il est fort peu probable que vous souffriez d’arthrose seulement d’un côté car votre poids est normalement réparti sur les deux côtés. Si vous souffrez de douleurs à un genou uniquement et que l’on diagnostique de l’arthrose, je vous suggère de consulter en physiothérapie ou en ostéopathie car il se peut qu’un problème mécanique sous-jacent de la cheville, du genou, de la hanche ou du bassin explique cette douleur.

Recommandations

-Perdez du poids si vous souffrez d’embonpoint car cela réduira la force de compression sur vos genoux.

-Évitez de vous mettre en position accroupie car cette position crée une compression excessive sur le cartilage de vos genoux. Lorsque vous jardinez, par exemple, asseyez-vous par terre.

-Évitez tout effort avec vos jambes lorsque vos genoux sont fléchis en-dessous de 90 degrés. Beaucoup de gens se blessent au gymnase en faisant du « leg press » ou des « squats » car ils descendent trop bas en ramenant les jambes sur leur poitrine. Cela crée une compression indésirable sur le cartilage du genou.

-Évitez d’appuyer vos genoux directement par terre sur une surface dure. Utilisez toujours des protèges genoux lorsque vous travaillez sur le plancher.

-Renforcez beaucoup vos quadriceps. Plus ils seront forts, plus vos genoux seront stables et plus vous protégerez vos surfaces articulaires. Faites du « leg extension » de 0 à 30 degrés uniquement pour prévenir le frottement fémoro-rotulien. Faites du vélo stationnaire 15 à 20 minutes par jour. Le vélo est le meilleur exercice pour vos genoux. Il favorise la lubrification du genou en plus de renforcir vos muscles.

-Allez à la piscine régulièrement.

Finalement, si malgré tous ces efforts vos douleurs persistent, il existe maintenant des injections de Synvisc (fait par un orthopédiste) pour aider à augmenter la lubrification dans le genou et, dans plusieurs cas, cette intervention s’avère efficace et prévient un remplacement du genou par prothèse totale. Parlez-en à votre orthopédiste.

Sébastien Plante, physiothérapeute et ostéopathe
www.sebastienplante.com

Pourquoi existe t-il deux médecines (traditionnelle et alternative) ?


Parce que le principe de dualité est omniprésent dans notre société. Il y a en chacun de nous deux esprits : l’hémisphère gauche et l’hémisphère droit. Pour maximiser nos chances de guérison et obtenir une représentation globale de la réalité, il faut savoir utiliser pleinement les deux hémisphères de notre cerveau. L’hémisphère gauche prédomine sur les plans rationnel, logique, conscient et scientifique alors que l’hémisphère droit est le siège de l’imagination, de l’intuition, de l’inconscient et des rêves. La médecine traditionnelle utilise davantage l’hémisphère gauche scientifique alors que les médecines alternatives l’hémisphère droit, plutôt mystique. Étant donné que la méthode scientifique (outil fort utile du conscient et de l’hémisphère gauche du cerveau) est devenue une forme de religion dans le monde médical actuel, tout ce qui n’est pas scientifique devient suspect et frôle le charlatanisme aux yeux des scientifiques. La science professe qu’il faut voir pour croire alors qu’en réalité, il faut commencer par croire si nous voulons voir. Il serait absurde de négliger des traitements efficaces sous prétexte qu’on ne comprend pas encore leur mode d’action. L’ironie est que la plupart des grandes découvertes scientifiques (Archimède, Einstein, …) ont vu le jour à partir de l’hémisphère droit du cerveau alors qu’ils étaient en train de faire une sieste ou de rêver. Ce n’est que plus tard que ces découvertes ont été validées par des méthodes scientifiques.

Les capacités intuitives de l’hémisphère droit prévalent parfois sur les capacités logiques de l’hémisphère gauche mais les deux hémisphères du cerveau (comme la science et l’intuition) forment un tout plus grand que la somme de ses parties. D’ailleurs, les professionnels de la santé qui utilisent les deux hémisphères du cerveau obtiennent des résultats thérapeutiques de loin supérieurs à ceux qui se servent uniquement de leur hémisphère gauche rationnel et scientifique.

Dans le futur, les gens devront faire preuve de plus de discernement face à ce qui leur est présenté et se servir de leur intuition dans leur prise de décision en considérant chacune des sphères du corps humain (émotionnelle, nutritionnelle, physique, spirituelle, génétique, environnementale). Le mental, déjà largement accaparé par toutes nos préoccupations passées, présentes et futures, est dorénavant mis à l’épreuve plus que jamais par toute la surinformation et désinformation que nous vivons et qui nous est présentée par les médias, l’internet, les journaux, … de sorte qu’il fait souvent fausse route. Il est maintenant difficile d’avoir l’heure juste car les professionnels ont des opinions complètement différentes sur un même sujet.

C’est pourquoi l’intuition représente un allié qu’il ne faut pas négliger et souvent plus fiable que nos pensées. Étant situé dans l’hémisphère droit du cerveau, l’intuition oblige l’individu à porter toute son attention sur le moment présent. L’intuition vous amènera à rencontrer beaucoup de gens qui sont là pour vous aimer et vous aider, des gens qui ont toujours été là mais que vous n’aviez jamais remarqués auparavant.

Suivre son intuition demande simplement de se centrer sur son cœur. C’est le guide le plus fiable que nous avons dans la prise de nos décisions car il est notre connexion à la Source. Comme disait Emmet Fox1 : « Il n’existe pas de difficulté que l’Amour ne puisse vaincre, pas de maladie que l’Amour ne puisse guérir, pas de porte que l’Amour ne puisse ouvrir, pas de ravin que l’Amour ne puisse franchir, pas de mur que l’Amour ne puisse abattre, pas de péché que l’Amour ne puisse racheter.

La plupart des gens sont incapable de prendre conscience des évidences et des coïncidences de la vie car ils sont hypnotisés par leur mental, par la société, par les discours des hauts dirigeants économiques et politiques de ce monde. Lorsque le rythme de la vie s’accélère, plus nous sommes centrés sur notre cœur, plus nous demeurons en équilibre. Lorsque nous perdons cette intégrité, notre équilibre bascule et nous devenons fragile à la manipulation de notre mental, aux discours faussés des médias et de la société. Nous dérapons sur toutes sortes de mauvaises décisions qui aboutissent bien souvent sur des souffrances. Malheureusement, la plupart des gens doivent souffrir avant de comprendre, de changer et d’évoluer.

Les individus qui demeurent attentifs au moment présent en se centrant toujours sur leur cœur ont compris l’essentiel de la vie et ce qu’il faut pour être heureux. Nul besoin de lire des centaines de livres une fois que vous avez compris ce principe. Par contre, ceux qui n’ont pas encore réalisé qu’il n’existe aucun remède plus puissant que de se centrer sur son cœur demeurent en attente d’un remède miracle, d’un sauveur et demeurent passifs et hypnotisés. Les gens qui sont pleinement conscients du moment présent sont continuellement en action car l’éveil est un processus d’attention permanente.







1 Emmet Fox (1886-1951) : pasteur de la science divine, il est l’une des principales figures du mouvement de la pensée positive au sein du christianisme Américain et eut une influence importante sur le début des Alcooliques anonymes aux États-Unis.

9 mai 2010

L’importance du diaphragme

Le diaphragme est le muscle principal de la respiration. Le diaphragme est innervé par le nerf phrénique qui origine de la région cervicale, plus précisément entre la troisième et la quatrième vertèbre cervicale. Le diaphragme est également sous la dépendance du système nerveux central au niveau du bulbe rachidien. Le diaphragme s’insère sous les côtes de chaque côté par ses coupoles musculaires et au centre, par ses piliers qui descendent jusqu’à la quatrième vertèbre lombaire droite et la troisième vertèbre lombaire gauche. Le centre phrénique (centre du diaphragme) est une portion membraneuse plus rigide qui s’insère à l’intérieur du thorax et qui est en continuité avec les puissants ligaments du cœur (phréno-péricardique) et de plusieurs viscères (foie, estomac, reins, rate, pancréas, intestin, …)

Lors de l’inspiration, le diaphragme se contracte. Le centre du diaphragme descend, repoussant ainsi les viscères abdominaux vers le bas et augmentant la cavité thoracique pour permettre aux poumons de se remplir d’air. Les côtes de chaque côté s’écartent pour augmenter le diamètre transverse du thorax. À l’expiration, le diaphragme se relâche et remonte vers le haut, diminuant ainsi la cavité thoracique et permettant l’expulsion de l’air par la bouche ou le nez. Cette ventilation est essentielle pour permettre les échanges gazeux au niveau des poumons, c’est-à-dire pour permettre au corps de s’approvisionner en oxygène et de se débarrasser du gaz carbonique produit par le fonctionnement des cellules.

Si le diaphragme demeure tendu, soit parce que vous avez de la difficulté à gérer votre stress, soit parce que vous êtes constamment préoccupés, soit parce qu’il y a une dysfonction mécanique au niveau cervical ou du thorax qui crée un état de tension permanent dans le diaphragme, vous serez plus sujets à souffrir de sensation d’oppression dans la poitrine, de fatigue, d’hyperventilation, … De plus, comme les piliers du diaphragme s’attachent au niveau lombaire, cela engendrera une force de compression excessive au niveau vertébral et à long terme, des phénomènes d’usure, de dégénérescence, d’arthrose et d’hernie discale apparaîtront. Plusieurs traitements conventionnels s’avèrent inefficaces lors de douleur lombaire chronique si le diaphragme est tendu et que le professionnel de la santé ne prend le temps de le relâcher. Finalement, le tube digestif, l’aorte du cœur et le système nerveux autonome passent directement à travers le diaphragme. Lorsque celui-ci est tendu, il crée une tension indésirable au niveau de l’orifice par lequel passent ces « tuyaux » importants et perturbe leur fonctionnement normal. Vous serez donc sujets à développer du reflux gastrique, des palpitations, des arythmies, des problèmes du système nerveux tel que les tics, la fibromyalgie, des problèmes vasculaires dans les membres supérieurs, ...

L’importance du diaphragme est donc capitale lors du traitement de la douleur chronique. Les ostéopathes se distinguent de plusieurs professionnels de la santé car ils prennent le temps d’évaluer et de travailler votre diaphragme, votre thorax, et l’innervation du diaphragme; ce qui explique parfois les résultats très surprenants lors de douleur chronique.

La façon d’étirer le diaphragme est de bien respirer par le ventre ; ce que l’on nomme une respiration abdominale. Malheureusement, avec notre mode de vie stressé, peu de gens prennent le temps de bien respirer et le plus souvent, ils respirent avec le haut du thorax; ce que l’on nomme une respiration thoracique. Ce genre de respiration occasionne à long terme un rétrécissement du diaphragme et de ses attaches. Les femmes sont prédisposées à ce problème puisque nos critères sociaux idéalisent une femme svelte et sculptée. Alors, elles ont souvent tendance à porter des vêtements serrés et à marcher toujours le ventre rentré; ce qui favorise une respiration thoracique. Il ne faut pas oublier que le plexus solaire, où siège le centre des émotions, est situé dans cette région et prédispose le diaphragme à accumuler des tensions lorsqu’on vit un problème émotionnel néfaste.

Je recommande donc à la majorité de mes patients de s’arrêter plusieurs fois par jour pour prendre le temps de bien respirer, de relaxer ou de méditer afin d’éviter que votre corps soit dans un état de stress permanent. De plus, avant de vous endormir, faites quinze respirations abdominales. Placez une main sur votre ventre et une main sur votre thorax. Inspirez profondément par le nez. La main sur votre ventre devrait monter plus que celle sur le thorax. Videz votre air au maximum en vous détendant. La santé est une question d’équilibre!

Sébastien Plante, physiothérapeute et ostéopathe
www.sebastienplante.com

Est-ce que la prière peut guérir ?

Il est important de savoir que le bien-être n’est pas une religion; c’est un mode de vie. Aucune prière ou appartenance à quelque groupe religieux que ce soit vous guérira de vos maux. La guérison découle d’une ou de plusieurs actions que vous entreprenez qui mène à un changement sain de votre mode de vie. Cependant, l’intégration à plusieurs groupes religieux favorise, de par leurs valeurs, un mode de vie sain. Malgré les différences qui distinguent chaque religion, due aux différentes interprétations de l’homme de ce qu’il considère comme étant la Vérité, le mode de vie proposé pour parvenir au bonheur est similaire.

Certains considèrent que la prière et la méditation sont exercées seulement par quelques idéalistes rêveurs, par des millions de faibles ou de paresseux qui se réfugient en eux-mêmes, dans le confort et le prétexte d’une vie intérieure dont eux seuls bénéficient. Plusieurs préfèrent parler de méditation, termes à la mode de plus en plus, afin d’éviter de prononcer le mot prière et ainsi éviter toute corrélation avec la négativité engendrée par les erreurs de l’Église catholique dans le passé. En quoi la prière peut-elle guérir quelqu’un ou changer le monde ?

Suite à la publication de plusieurs ouvrages simplistes faisant référence au fait que l’on reçoit lorsqu’on demande, il faut tout d’abord redéfinir certaines notions essentielles qu’implique la prière et que l’humanité a appauvries. Lorsqu’une personne souffre, qu’elle voit souffrir quelqu’un ou face à une maladie ou à une quelconque catastrophe naturelle qui rend la personne sans défense, elle se met souvent à prier. Cette pratique existe depuis le début des temps. Elle ne sait pas toujours qui elle prie mais elle prie pour recevoir une solution miraculeuse qui fera disparaître sa souffrance. Elle n’a pas nécessairement reçu une instruction religieuse. Elle se souvient parfois d’une succession de vieilles phrases que ses parents ou un prêtre ont su lui faire mémoriser. Elle ne comprend pas toujours la signification de ces phrases mais les récitent comme une formule magique. Elle prie, en dernier recours, parce qu’elle ne sait plus quoi faire, au cas où cela fonctionnerait. Même si ses intentions sont sincères, cette personne ne prie pas correctement. Elle accomplie simplement un rituel pour que ce vœux agisse à sa place. Ce n’est pas le fond de son être qui prie mais quelque chose de son ego qui espère récolter un soulagement.

Certains prient uniquement lorsque les choses tournent mal dans leur vie ou lorsqu’ils deviennent malades. D’autres prient, par tradition, parce que c’est ce qu’ils ont appris de leurs parents, de leur Église, de leur éducation ou de leur culture en récitant par cœur les prières toutes faites qu’ils ont mémorisées. Parfois, ils s’adonnent même à des rituels particuliers selon les croyances de leur culture. En Vérité, tous ces gens ont autant de chance de voir leurs demandes et leurs prières exhaussées que celui qui s’achète un billet de loterie pour gagner le gros lot.
La prière se doit d’être un dialogue quotidien avec Dieu ou l’Univers. Cela ne fait aucune différence que votre demande soit adressée à Jésus, Bouddha, Dieu, au Créateur, à l’Univers, à la Source, à la Vie, … car tout ce qui compte est que votre dialogue soit sincère, honnête et altruisme. Vous devez agir dans votre quotidien comme des êtres de conscience pour que vos demandes soient exhaussées; c’est-à-dire qu’il faut que vos faits et gestes prennent origine dans l’Amour, et qu’ils servent l’humanité, tel est le but ultime de la vie. Cela sous-entend que vous devez aider les autres à chaque fois que l’occasion se présente et ce, dans un partage gratuit, sans arrière pensée de recevoir quoi que ce soit comme récompenses ou pour flatter votre ego. N’oubliez jamais qu’il n’existe aucun meilleur exercice pour le cœur que d’aider quelqu’un à se relever.

La véritable prière établit un dialogue entre deux cœurs qui devient une Union. Dès cet instant, elle ne peut qu’engendrer la concrétisation de la demande qui est commune : la fin d’une dysharmonie. Vous devez formulez vous-mêmes vos propres prières au détriment des prières traditionnelles toutes faites d’avance, lancées en l’air comme des bouées de sauvetage. Ce dialogue quotidien qu’est la prière ne doit pas être exclusivement basé sur des demandes. Il doit contenir des remerciements et de la reconnaissance pour tout ce que vous avez obtenu. Faites de la prière un don d’Amour plus qu’une demande impatiente de votre ego. La prière se doit d’être le prolongement de vous-mêmes.

Sébastien Plante
Physiothérapeute et ostéopathe
www.sebastienplante.com

20 avr. 2010

Quoi faire lors d'arthrose cervicale ?

L’arthrose n’est pas une maladie. C’est un processus normal de vieillissement qui consiste en une dégénérescence progressive du cartilage dans une articulation. L’arthrose diffère complètement de l’arthrite; bien des gens confondent souvent ces deux termes. L’arthrite est une maladie inflammatoire avec ankylose et parfois déformation de certaines articulations; tandis que l’arthrose est une simple usure du cartilage.

Si votre posture n’est pas adéquate, si vous avez un problème d’occlusion dentaire ou un problème visuel, les contraintes sur les vertèbres cervicales seront plus grandes, le cartilage s’usera davantage et vous serez atteints d’arthrose précocement. Cependant, l’arthrose n’est pas nécessairement reliée à l’apparition de douleurs. Des milliers de gens sont atteints d’arthrose et n’éprouvent aucune douleur. Si vous consultez pour une douleur cervicale et êtes âgés de 40 ans et moins, il y a peu de chance que l’arthrose soit en cause et ce, même si le professionnel de la santé vous donne ce diagnostic. Ne considérez jamais un diagnostic médical comme une finalité mais plutôt comme étant un point de départ dans votre recherche de solutions. Lorsqu’un problème survient et que le professionnel a de la difficulté à comprendre la cause, il arrive parfois qu’il accuse l’arthrose ou un virus quelconque pour expliquer les symptômes du patient. Il faut toujours que les symptômes du patient, l’examen clinique et les radiographies concordent pour que l’on puisse accuser l’arthrose d’être la cause des douleurs. Si c’est le cas, sachez que les conséquences de l’arthrose (raideur, ankylose, douleur) peuvent être traitées. Certains conseils pourront vous aider grandement à contrôler vos douleurs.

Recommandations

Les tractions cervicales vous feront beaucoup de bien. Couchez-vous sur le dos et agrippez le derrière de votre tête à deux mains en croisant vos doigts. Tirez ensuite doucement votre tête pour provoquer un léger écartement de vos vertèbres cervicales. Vous pouvez également demander à un ami d’étirer votre cou de la même façon en prenant appui avec une main sous votre nuque et l’autre main sous votre menton. Cet exercice est très sécuritaire et apporte un soulagement immédiat. Dans le cas contraire, cessez l’exercice.

L’assouplissement de la chaîne musculaire cervicale postérieure est l’un des exercices les plus efficaces pour éliminer les douleurs cervicales, dorsales et les maux de tête. Asseyez-vous par terre le dos contre un mur; vos fesses doivent être complètement accolées au mur. Placez une serviette pliée d’environ 5 cm d’épaisseur derrière le haut de votre tête appuyée contre le mur. Gardez votre tête bien appuyée sur la serviette et rentrez doucement le menton jusqu’à une sensation d’étirement confortable dans le cou ou dans le dos. Tenez cet étirement entre une et deux minutes tout en respirant normalement. Cet exercice peut également servir comme exercice de détente ou de méditation. Répétez à tous les jours jusqu’à ce que vous ne ressentiez plus aucun étirement lorsque vous rentrez votre menton au maximum.

Sébastien Plante, physiothérapeute et ostéopathe
www.sebastienplante.com

13 mars 2010

La réalité médicale

La découverte des antibiotiques, vers le début des années quarante a littéralement transformé la médecine et permis la guérison de maladies autrefois mortelles de même que l’éradication d’épidémies. L’efficacité de ces médicaments s’est avérée tellement impressionnante que toutes les pratiques de la médecine depuis la nuit des temps furent remises en question. La relation entre le médecin et son malade, la nutrition, le rôle des émotions, l’hygiène de vie et même l’attitude du patient… tout cela fut rapidement mis de côté car ce dernier allait dorénavant guérir pour peu qu’il prenne sa médication. Dès lors, la médecine se caractérise par une approche expéditive qui ne tient pas compte des antécédents ou des états émotionnels du malade, de son alimentation, de sa capacité d’auto-guérison naturelle non plus de son contexte social. Une conception purement mécanique de la maladie et du traitement de la douleur, et qui s’est généralisée dans toutes les branches de la médecine. De nos jours, pratiquement toute la formation médicale se borne à savoir diagnostiquer une maladie spécifique selon les symptômes perçus, puis à traiter ces derniers par une médication adéquate. Dans les Facultés de médecine, les étudiants apprennent tout ce qu’il faut savoir sur les maladies… sauf la façon dont elles sont vécues par ceux qui souffrent!

Si cette conception fonctionne remarquablement bien pour les problèmes aigus, il en va tout autrement lorsqu’on a affaire à un problème chronique. Autant la médecine moderne peut sauver des vies en cas d’infarctus du myocarde, autant il lui est difficile d’aider une personne souffrant de douleur ou de maladie chronique. Car c’est souvent la modification du mode de vie du patient qui s’avère seule capable de renverser le processus menant à des douleurs chroniques et à des maladies, cette modification incluant la gestion du stress, une saine nutrition, de l’exercice physique régulier, du repos ou un environnement sain.

Lorsque les professionnels de la santé ne trouvent pas de solution, il est compréhensible que des milliers de personnes cherchent ailleurs une réponse et se tournent vers les médecines douces ou « alternatives », dans l’espérance de guérir. Elles découvrent alors un tout autre monde : un monde de prise de conscience où l’individu est responsable de ce qui lui arrive, où il est créateur de sa vie et de ses souffrances. Au lieu d’attendre les effets salvateurs d’un remède miracle, il prend conscience du fait que son alimentation, son hygiène de vie, ses pensées et même ses réactions émotionnelles ainsi que ses relations sociales peuvent avoir un impact sur son corps, et que lui seul peut corriger le problème et retrouver l’équilibre essentiel à son bien-être.

Or celui qui guérit a tendance à partager ce qu’il a appris avec les autres... Mais il se bute parfois à une certaine résistance, un peu comme l’explique Platon dans La république, où il décrit la perception du réel par des personnes qui vivent dans une caverne sombre, et ne voient de la réalité que les ombres projetées sur les parois, car elles ne se sont jamais aventurées à l’extérieur. Un individu ayant réussi à s’échapper de la grotte et vu la lumière du soleil, revient et essaie de raconter à ceux qui y sont la réalité extérieure. Bien sûr, personne ne l’écoute et ses propos sont jugés farfelus. Or, nous vivons tous dans la grotte de nos perceptions et notre perception de la réalité, tout comme les ombres de la caverne de Platon, est déformée par les filtres nos sens (vue, ouïe, toucher, odorat, goût) de même que par nos pensées, interprétations, opinions, croyances, reçues par l’éducation ou façonnés par notre expérience personnelle. C’est d’autant plus difficile à changer. •

Pour en savoir plus : www.sebastienplante.com
Sébastien Plante
Physiothérapeute et ostéopathe

13 févr. 2010

Les différents types de semelle plantaire

Voici les différents types de semelles plantaires sur le marché :

1) proprioceptives : ce sont des semelles très minces, assez dispendieuses, conçues en y insérant des micro-reliefs variant de 1 à 4 mm d’épaisseur, ayant pour but de ré-informer la sole plantaire et/ou d’en modifier légèrement l’appui. C’est donc le pied qui fait le travail (et non la semelle), lors de la station debout ou lors de la marche, redonnant une meilleure proprioception au pied mais aussi à tout le système postural. L’information provenant du bas est d’abord corrigée sur le plan proprioceptif et ensuite, il y a une réponse mécanique. Elles sont donc fabriquées sur mesure dépendamment du type d’appui. Par exemple, si le poids du corps est réparti davantage sur l’avant du pied, le but de la semelle proprioceptive pourrait être d’équilibrer le corps dans le plan frontal. Dans le cas où il y aurait un appui trop important sur un pied causé par un transfert de poids en latéral, le but des semelles pourrait être d’équilibrer le corps dans le plan sagittal. La semelle proprioceptive vise donc une meilleure physiologie de la station debout et de la marche puisque la ré-information plantaire engendre un meilleur travail musculaire et mécanique du pied. Pour plus d’informations, vous pouvez contacter M. Donald Morin, ostéopathe, au 514-498-4182.

2) Orthopédiques : ce sont des semelles très dispendieuses qui ont pour but de changer la mécanique du pied et de corriger l’arche plantaire de façon à rétablir la ligne de gravité adéquatement et par conséquent, les contraintes sur les articulations. Elles agissent peu sur le rôle proprioceptif du pied. Ce sont les semelles les plus utilisées et elles doivent être fabriquées sur mesure par un orthésiste.

3) Dynamiques : ce sont des semelles qui agissent à la fois sur le rôle mécanique et proprioceptif du pied. Par contre, contrairement à la semelle proprioceptive, la semelle dynamique est une version simplifiée puisqu’elle n’informe pas des zones ciblées. Elles ne sont pas fabriquées sur mesure et sont conçues avec un appui variable et souple au niveau de l’arche plantaire pour favoriser le renforcement de la musculature sous le pied. Elles sont très efficaces pour renforcir l’arche plantaire et offrent l’avantage d’être très abordables comparativement aux semelles standards. Tout comme la semelle proprioceptive, c’est le pied qui fera le travail lors de la station debout ou lors de la marche en redonnant une meilleure proprioception au pied et au système postural. Les semelles dynamiques ne corrigent pas une déformation du pied mais ré-informent la sole plantaire et favorisent le renforcement de l’arche plantaire. Pour plus d’informations, consultez le site internet www.foottrainer.net

4) Sur-élévatrices : ces semelles sont nécessaires lorsque la personne présente une jambe plus courte que l’autre d’au moins 1 cm. Dans ce cas, il y a un délancement visuel du bassin et si ce n’est pas corrigé, on verra apparaître des signes d’usure beaucoup plus rapidement tels que l’arthrose ou la dégénérescence discale.

5) Magnétiques : elles ont pour but de revitaliser le corps humain et de lui donner de l’énergie. Ces semelles ne corrigent en rien la mécanique du pied ou l’aspect proprioceptif. Vous pouvez donc les utiliser si vous n’avez pas de problèmes d’appui plantaire pour augmenter votre énergie.

Un bon conseil : massez vos pieds régulièrement dans votre bain. C’est la partie du corps qui est le plus mis à l’épreuve dans une journée et c’est souvent celle dont on se préoccupe le moins. De plus, assurez-vous que la flexion dorsale de votre cheville soit complète car c’est la dysfonction la plus fréquente qui engendre des problèmes de fasciite plantaire et d’épine de Lenoir. Vous pouvez visionner gratuitement la vidéo à ce sujet sur le site www.sebastienplante.com dans la section vidéo gratuit (cheville).

Sébastien Plante
Physiothérapeute et ostéopathe

17 janv. 2010

Les croyances, partie 2

Certaines personnes ne jurent que par la médication pour régler leur problème de santé alors que d’autres s’y opposent farouchement en préférant de loin les médecines douces. La plupart des gens croit que le professionnel de la santé est celui qui doit savoir mais le problème est que si vous consultez cinq professionnels différents pour le même problème, vous aurez cinq diagnostics différents. Chaque professionnel de la santé vous informera de votre condition selon ses propres croyances. Il devient difficile de déterminer à qui faire confiance! Certains professionnels sont persuadés que les chocs émotionnels et une mauvaise alimentation sont la cause première des maladies et des cancers alors que d’autres associent plutôt les maladies à des virus, à des bactéries, ... Qui a tord et qui a raison ?

Personnellement, je crois que chaque école de pensée comporte des forces et des faiblesses et qu’il est préférable d’aller chercher ce qu’il y a de bon pour soi dans chaque thérapie et de cumuler les effets bénéfiques de chacune d’elle. La diversité favorise l’ouverture d’esprit et permet de comprendre qu’il n’existe pas une seule solution et une seule voie vers la guérison. C’est, à mon avis, une erreur importante de la médecine de dissocier le psychique, le cerveau et le physique lorsqu’on traite un patient. Il est impensable de guérir le corps si l’on ne guérit pas d’abord l’esprit.

Il faut être persévérant dans votre démarche et ne jamais considérer un diagnostic médical comme une finalité mais plutôt comme un point de départ dans la recherche de solutions. J’ai la ferme conviction que la prise en charge et la prise de conscience d’un individu face à ses problèmes demeurent la solution la plus efficace pour améliorer sa santé et obtenir un résultat durable. Il vous appartient d'entreprendre cette démarche de réflexion et de résolution pour guérir de vos blessures et de vos fragilités ; l'objectif à terme étant de devenir votre propre thérapeute.

Le problème actuel est que les gens sont soumis à tellement d’informations qu’il devient difficile de choisir ce qui est bon pour eux. La publicité et les reportages télévisés ne sont pas toujours synonyme de véracité. Il n’y a pas pire prisonnier aujourd’hui que celui dont les pensées, les yeux et les paroles se laissent mouler par les médias ou l’internet. Ces derniers présentent ce qu’ils veulent pour atteindre leur but (côte d’écoute, controverse, …). N’oubliez jamais qu’il y a toujours deux côtés à une médaille.

Les informations traitant d’un même sujet sont parfois complètement contradictoires. Plusieurs études médicales sont même biaisées et la fiabilité des recherches est parfois remise en doute car il est difficile de connaître la réelle motivation de la recherche. L’emprise des compagnies pharmaceutiques génèrent tellement de profits que l’intégrité de certaines personnes s’écroule lorsque des milliards sont en jeu. Les médecines douces et alternatives qui proposent différents moyens naturels pour retrouver la santé se butent parfois à une fermeture de la médecine traditionnelle même si les résultats sont impressionnants. Il existe tellement de solutions alternatives pour régler un problème de santé et plusieurs solutions peuvent s’avérer aussi efficaces les unes que les autres. Nous devrions négliger aucune chance de les découvrir. De surcroît, n’oubliez jamais que ce qui a été efficace pour un ne fonctionnera peut-être pas pour l’autre car chaque individu est unique.

Plusieurs professionnels et individus se ferment à l’idée que les chocs émotionnels peuvent avoir un impact important sur le développement des maladies et des cancers. Quand de grandes percées ont été accomplies avant qu’une théorie ne puisse les expliquer, elles ont systématiquement rencontré une résistance violente de la part des institutions publiques économiques et politiques; surtout si le traitement était naturel ou semblait trop simple. C’est souvent plusieurs années plus tard qu’on comprend scientifiquement ce qui avait été découvert empiriquement. Même si le lien de cause à effet entre les chocs émotionnels et les maladies se tisse de plus en plus, la grande majorité de la population n’est pas prête à entendre ce discours. Tout comme le mythe de la caverne de Platon, la population vit dans l’obscurité quant à ces informations et cette obscurité est devenue leur réalité. La population ne réalise pas que l’Emprise pharmaceutique les garde dans une prison car les barreaux sont invisibles. Les gens recherchent souvent la facilité et la médecine traditionnelle leur fait constamment miroiter. Comme notre société veut que ça soit la médecine qui assume toute la responsabilité des symptômes du patient, les gens malades se précipitent chez le médecin en lui demandant de leur prescrire le médicament qui va les guérir sans aucune introspection d’eux-mêmes et sans chercher à comprendre le sens de ce qui leur arrive tout comme la personne qui laisse sa voiture endommagée au garage et qui va la reprendre trois heures plus tard.

Il est grand temps que chaque individu prenne conscience qu’il est le seul créateur de sa propre vie. L’erreur commune est d’attendre un sauveur venant de l’extérieur alors que ça doit venir de nous-mêmes. C’est parce que les gens restent en attente qu’ils sont vulnérables à la manipulation. Ce sont nos forces intérieures et notre potentiel génétique que nous devons développer et exprimer. Il y a beaucoup plus de vérité à comprendre dans la nature et dans le monde dans lequel nous vivons que dans nos philosophies ou analyses scientifiques. C’est pour cette raison que la complémentarité des médecines s’avère essentielle. Il faudra bien un jour que les hauts dirigeants politiques et économiques du système de santé réalisent cette évidence. Le monde dans lequel vous voulez vivre, commencez à le construire maintenant et n’attendez pas après les autres pour le construire.

Tout est possible aux yeux de celui qui écoute, croit et agit. Chacun a droit à ses croyances et à son mode de vie. Je ne suis pas là pour en juger mais vous devez accepter les conséquences des choix que vous faites. Vous êtes tous responsables de ce qui vous arrive et il faut beaucoup de dignité pour accepter sa part de responsabilité dans ses souffrances. Il ne s’agit pas de culpabiliser le patient comme prétendent certaines personnes car la culpabilité n’est pas un outil intéressant pour étudier les conséquences du passé. Il s’agit simplement de comprendre l’Univers du patient et son vécu pour lui permettre de mieux surmonter ses problèmes. La Vérité est parfois dérangeante et douloureuse car elle vous oblige à faire face à vos problèmes et à les résoudre. Elle vous oblige à sortir de vos souliers pris dans le béton pour vous permettre de continuer d’avancer. Accepter une part de responsabilité de ses malaises et comprendre qu’on y a participé est la première étape vers la guérison.

Sébastien Plante, pht, D.O
www.sebastienplante.com

Nos croyances

J’aime comparer le corps humain, ou plutôt une conscience humaine éveillée, à une lampe en forme de sablier. La forme élargie de la lampe vers le haut nous projette vers ce qu’il y a à l’extérieur de nous. Nous pouvons en percevoir une partie par nos sens mais cet univers extérieur est tellement vaste, que nous ne pouvons ni le mesurer, ni le quantifier, ni même imaginer son ampleur. Dans le même ordre d’idée, la forme élargie de la lampe vers le bas nous laisse entrevoir que ce qu’il y a à l’intérieur de nous. Cette dimension est également immensément grande, de sorte que nous en connaissons une partie mais nous n’avons aucune idée de l’ampleur de ce qui nous habite. L’ouverture infinie vers notre monde intérieur engendre des émotions, des rêves, du désir, de l’espoir, des sentiments agréables mais elle crée également des peurs, des incertitudes, des inquiétudes, des déceptions, … et nous devons nous construire des points de repère pour nous aider à surmonter ces craintes, ces angoisses et ces peurs. Ces points de repère constituent nos croyances. Ce sont des prémisses que nous avons acceptées avec ou sans preuve, qui deviennent les fondations sur lesquelles nos modèles de comportement sont formés.

Le corps humain est pour moi la plus grande merveille du monde. Il suscite encore, après des millions d’années d’existence, des débats quotidiens et des controverses. Le corps humain est tellement complexe qu’il faut tout d’abord avoir l’humilité d’accepter qu’il y a très peu d’éléments de certitude quant à son fonctionnement. Il y a beaucoup d’arguments de probabilité qui nous amènent à croire à certaines théories mais plusieurs théories qui étaient vraies dans le passé ne le sont plus aujourd’hui et plusieurs théories que nous croyons vraies en ce moment ne le seront peut-être plus d’ici quelques années. Les croyances que nous préconisons ne font que nous aider à cheminer vers un but, à mieux comprendre certaines questions existentielles auxquelles nous ne pourrons jamais répondre, à donner un sens à notre vie et à surmonter certains obstacles. Elles ont une part déterminante dans notre perception de la réalité : elles forment un filtre qui nous fait accepter certains faits et en refuser d’autres. Donc, en agissant comme un filtre de la réalité, nos croyances ont la remarquable caractéristique de se renforcer d’elles-mêmes. En ignorant ou en rejetant délibérément ou inconsciemment tout ce qui tendrait à nous démontrer qu’une de nos croyances n’est pas valide, nous constatons régulièrement et automatiquement tous les faits qui viennent la confirmer. Plus une croyance est forte, plus nous la considérons comme sacrée. Il nous est alors intolérable qu’elle soit attaquée ou contestée par autrui.

Les croyances peuvent avoir un rôle favorable, dynamisant, épanouissement ou au contraire constituer un frein à nos actions, générer des inconforts dans notre esprit, voire même saboter à notre insu certains de nos projets, nous empêchant d’atteindre nos objectifs. Donc, rien ne vous empêche à tout moment de changer vos croyances lorsqu’elles ne vous font plus évoluer. Cependant, ce travail est difficile car les croyances d’une personne sont indissociables de son identité et de l’image qu’elle a d’elle-même. Plusieurs individus sont prisonniers de ce qu’ils croient; leurs convictions personnelles sont les barreaux de leur prison, exactement comme un train est prisonnier des rails sur lesquels il roule. Mais la remise en question de nos croyances est nécessaire pour croître et lorsque nous identifions une croyance défavorable, il est important de prendre le temps de se questionner pour connaître la provenance de nos idées et la raison qui nous a menés là !

Si nos croyances nous sont favorables, cela ne veut pas nécessairement dire qu’elles le seront pour l’autre. Nous avons parfois tendance à accueillir les croyances des autres comme des vérités ou comme des bouées de sauvetage de sorte qu’elles deviennent rapidement nos propres croyances sans que nous ayons pris le temps d’y réfléchir et de valider le bien de ces croyances pour nous-mêmes. Les croyances sont propres à chaque individu. Ne tentons pas d’imposer nos croyances aux autres et ne nous sentons pas obligés d’acheter les croyances des autres. Nos croyances conviennent à notre histoire mais ce qui nous est utile peut s’avérer nuisible pour une autre personne parce que nos croyances ne sont pas adaptées aux besoins de l’autre. Nous voulons parfois imposer nos croyances aux autres pour ne pas avoir le sentiment d’être seuls à véhiculer cette ligne de pensée. Dans d’autres circonstances, nous voulons faire adhérer nos croyances aux autres parce qu’elles nous ont permis de cheminer vers notre but. Cependant, la lumière peut être aveuglante pour quelqu’un qui vit dans l’obscurité. Il est parfois trop douloureux pour plusieurs personnes de faire face à leurs problèmes. D’un autre côté, certains individus ne sont pas prêts à entendre vos vérités car l’obscurité est devenue leur réalité. Ils iront même jusqu’à ridiculiser les propos de celui qui croit détenir la vérité et ce dernier devra parfois se battre toute sa vie pour faire valoir ses croyances. Laissons les gens évoluer à leur façon et cheminer à leur rythme. Nous ne pouvons que donner l’exemple par notre façon d’être et d’agir tout en restant à l’écoute des autres, de leurs besoins et de leur expliquer notre philosophie lorsque ceux-ci se sentent prêts à l’entendre dans un partage gratuit.

Les influences familiales, éthiques, amicales, religieuses et culturelles jouent un rôle majeur dans la vision du monde de chaque personne. Certains se sentent sécurisés par leurs croyances et ne veulent pas entendre autre chose car de nouvelles informations qui ne cadrent pas avec leurs croyances bouleverseraient leur monde. Cependant, le contraire est aussi vrai. Certains individus deviennent malades car ils sont étouffés dans ce système de croyances qui leur a été enseignées et lorsqu’ils prennent conscience de l’étroitesse du monde fermé et étouffant dans lequel ils avaient vécu jusque là, ils améliorent leur qualité de vie. Plus on essaie de comprendre ce qui habite les gens, plus on apprend à respecter les idées des autres sans les juger, plus on se découvre soi-même par l’ouverture à l’autre et plus on se rapproche de notre humanité.

Prendre conscience de la diversité des mentalités et respecter les croyances différentes de chacun est tout un défi. Plusieurs de vos petits conflits quotidiens émergent principalement du fait que chacun veut défendre ses idées et ses croyances sur différents sujets politiques, religieux, philosophique, scientifique, … La difficulté est de vivre notre vie paisiblement avec une ignorance scientifique sur les questions existentielles : d’où venons-nous ? Quel est le sens de notre vie ? Qu’est-ce qui arrive après la mort ? Est-ce que la création vient de Dieu ou de la théorie du Big Bang ? Toutes ces questions sans réponse sont matière à diverses opinions, diverses croyances mais également à diverses disputes et guerres car les gens veulent défendre leur point de vue et se donner raison. On s’entourera de gens qui partagent les mêmes opinions et on ridiculisera ceux qui ont une opinion contraire. Alors que plusieurs ont raison et plusieurs ont tord à la fois. Il existe une multitude de théories philosophiques, scientifiques, métaphysiques, psychologiques et religieuses qui tentent d’expliquer le sens de notre existence, le sens de nos origines, le sens de notre destinée, le sens de la maladie, le sens de ce qui nous arrive, … Ce qui importe, ce n’est pas tellement ce qui est vrai mais plutôt ce qui « aide à vivre pleinement ». Chacun cherche pour soi ce qui donne un sens à sa vie, un point c’est tout. Ainsi, certains croiront en la réincarnation car cela leur permet de mieux composer avec la mort. On croit ce vers quoi on aspire.

Nous vivons tous avec nos perceptions, ne voyant pas la réalité telle qu’elle est : nous la voyons telle que nous sommes, c’est-à-dire à travers le filtre de notre expérience personnelle. Notre expérience du monde se fait par l’intermédiaire des six sens : la vue, l’ouïe, le toucher (peau), l’odorat, le goût et les pensées. Mais les perceptions que ces sens vous procurent ne vous parviennent pas sous une forme directe et objective. Elles passent à travers une superposition de filtres, parfois distordus, par vos propres interprétations, opinions, croyances, … que vous avez reçus par votre éducation ou que vous avez vous-mêmes créés par votre expérience personnelle. La réalité est en fait remplacée par votre réalité : ce qui est devient ce que vous pensez qui est. Donc, la réalité n’est pas toujours ce que vous pensez qu’elle est.

Ainsi, je vous invite à faire table rase de toute croyance, de toute idéologie, de toute pensée qui se sont ancrées en vous sans l’aide de votre cœur, de votre raison et de votre vécu. Soyez vous-même et non pas ce que la société, votre entourage ou votre médecin voudrait que vous soyez.

Pour ma part, je préfère simplement être reconnaissant du fait que j’existe dans l’ampleur de cette création, en prenant conscience que chaque moment est précieux. Je suis conscient que je suis créateur de mon existence de par mes pensées, mes émotions, mes actions et mes relations avec les autres. Les secrets de l’univers sont imprimés dans les cellules de notre corps et tout ce dont nous avons besoin se trouve à l’intérieur de soi alors que la plupart des gens cherchent des réponses à l’extérieur d’eux, dans des livres, des magazines, auprès des experts.

Sébastien Plante, pht, D.O
www.sebastienplante.com