9 mai 2010

L’importance du diaphragme

Le diaphragme est le muscle principal de la respiration. Le diaphragme est innervé par le nerf phrénique qui origine de la région cervicale, plus précisément entre la troisième et la quatrième vertèbre cervicale. Le diaphragme est également sous la dépendance du système nerveux central au niveau du bulbe rachidien. Le diaphragme s’insère sous les côtes de chaque côté par ses coupoles musculaires et au centre, par ses piliers qui descendent jusqu’à la quatrième vertèbre lombaire droite et la troisième vertèbre lombaire gauche. Le centre phrénique (centre du diaphragme) est une portion membraneuse plus rigide qui s’insère à l’intérieur du thorax et qui est en continuité avec les puissants ligaments du cœur (phréno-péricardique) et de plusieurs viscères (foie, estomac, reins, rate, pancréas, intestin, …)

Lors de l’inspiration, le diaphragme se contracte. Le centre du diaphragme descend, repoussant ainsi les viscères abdominaux vers le bas et augmentant la cavité thoracique pour permettre aux poumons de se remplir d’air. Les côtes de chaque côté s’écartent pour augmenter le diamètre transverse du thorax. À l’expiration, le diaphragme se relâche et remonte vers le haut, diminuant ainsi la cavité thoracique et permettant l’expulsion de l’air par la bouche ou le nez. Cette ventilation est essentielle pour permettre les échanges gazeux au niveau des poumons, c’est-à-dire pour permettre au corps de s’approvisionner en oxygène et de se débarrasser du gaz carbonique produit par le fonctionnement des cellules.

Si le diaphragme demeure tendu, soit parce que vous avez de la difficulté à gérer votre stress, soit parce que vous êtes constamment préoccupés, soit parce qu’il y a une dysfonction mécanique au niveau cervical ou du thorax qui crée un état de tension permanent dans le diaphragme, vous serez plus sujets à souffrir de sensation d’oppression dans la poitrine, de fatigue, d’hyperventilation, … De plus, comme les piliers du diaphragme s’attachent au niveau lombaire, cela engendrera une force de compression excessive au niveau vertébral et à long terme, des phénomènes d’usure, de dégénérescence, d’arthrose et d’hernie discale apparaîtront. Plusieurs traitements conventionnels s’avèrent inefficaces lors de douleur lombaire chronique si le diaphragme est tendu et que le professionnel de la santé ne prend le temps de le relâcher. Finalement, le tube digestif, l’aorte du cœur et le système nerveux autonome passent directement à travers le diaphragme. Lorsque celui-ci est tendu, il crée une tension indésirable au niveau de l’orifice par lequel passent ces « tuyaux » importants et perturbe leur fonctionnement normal. Vous serez donc sujets à développer du reflux gastrique, des palpitations, des arythmies, des problèmes du système nerveux tel que les tics, la fibromyalgie, des problèmes vasculaires dans les membres supérieurs, ...

L’importance du diaphragme est donc capitale lors du traitement de la douleur chronique. Les ostéopathes se distinguent de plusieurs professionnels de la santé car ils prennent le temps d’évaluer et de travailler votre diaphragme, votre thorax, et l’innervation du diaphragme; ce qui explique parfois les résultats très surprenants lors de douleur chronique.

La façon d’étirer le diaphragme est de bien respirer par le ventre ; ce que l’on nomme une respiration abdominale. Malheureusement, avec notre mode de vie stressé, peu de gens prennent le temps de bien respirer et le plus souvent, ils respirent avec le haut du thorax; ce que l’on nomme une respiration thoracique. Ce genre de respiration occasionne à long terme un rétrécissement du diaphragme et de ses attaches. Les femmes sont prédisposées à ce problème puisque nos critères sociaux idéalisent une femme svelte et sculptée. Alors, elles ont souvent tendance à porter des vêtements serrés et à marcher toujours le ventre rentré; ce qui favorise une respiration thoracique. Il ne faut pas oublier que le plexus solaire, où siège le centre des émotions, est situé dans cette région et prédispose le diaphragme à accumuler des tensions lorsqu’on vit un problème émotionnel néfaste.

Je recommande donc à la majorité de mes patients de s’arrêter plusieurs fois par jour pour prendre le temps de bien respirer, de relaxer ou de méditer afin d’éviter que votre corps soit dans un état de stress permanent. De plus, avant de vous endormir, faites quinze respirations abdominales. Placez une main sur votre ventre et une main sur votre thorax. Inspirez profondément par le nez. La main sur votre ventre devrait monter plus que celle sur le thorax. Videz votre air au maximum en vous détendant. La santé est une question d’équilibre!

Sébastien Plante, physiothérapeute et ostéopathe
www.sebastienplante.com

Est-ce que la prière peut guérir ?

Il est important de savoir que le bien-être n’est pas une religion; c’est un mode de vie. Aucune prière ou appartenance à quelque groupe religieux que ce soit vous guérira de vos maux. La guérison découle d’une ou de plusieurs actions que vous entreprenez qui mène à un changement sain de votre mode de vie. Cependant, l’intégration à plusieurs groupes religieux favorise, de par leurs valeurs, un mode de vie sain. Malgré les différences qui distinguent chaque religion, due aux différentes interprétations de l’homme de ce qu’il considère comme étant la Vérité, le mode de vie proposé pour parvenir au bonheur est similaire.

Certains considèrent que la prière et la méditation sont exercées seulement par quelques idéalistes rêveurs, par des millions de faibles ou de paresseux qui se réfugient en eux-mêmes, dans le confort et le prétexte d’une vie intérieure dont eux seuls bénéficient. Plusieurs préfèrent parler de méditation, termes à la mode de plus en plus, afin d’éviter de prononcer le mot prière et ainsi éviter toute corrélation avec la négativité engendrée par les erreurs de l’Église catholique dans le passé. En quoi la prière peut-elle guérir quelqu’un ou changer le monde ?

Suite à la publication de plusieurs ouvrages simplistes faisant référence au fait que l’on reçoit lorsqu’on demande, il faut tout d’abord redéfinir certaines notions essentielles qu’implique la prière et que l’humanité a appauvries. Lorsqu’une personne souffre, qu’elle voit souffrir quelqu’un ou face à une maladie ou à une quelconque catastrophe naturelle qui rend la personne sans défense, elle se met souvent à prier. Cette pratique existe depuis le début des temps. Elle ne sait pas toujours qui elle prie mais elle prie pour recevoir une solution miraculeuse qui fera disparaître sa souffrance. Elle n’a pas nécessairement reçu une instruction religieuse. Elle se souvient parfois d’une succession de vieilles phrases que ses parents ou un prêtre ont su lui faire mémoriser. Elle ne comprend pas toujours la signification de ces phrases mais les récitent comme une formule magique. Elle prie, en dernier recours, parce qu’elle ne sait plus quoi faire, au cas où cela fonctionnerait. Même si ses intentions sont sincères, cette personne ne prie pas correctement. Elle accomplie simplement un rituel pour que ce vœux agisse à sa place. Ce n’est pas le fond de son être qui prie mais quelque chose de son ego qui espère récolter un soulagement.

Certains prient uniquement lorsque les choses tournent mal dans leur vie ou lorsqu’ils deviennent malades. D’autres prient, par tradition, parce que c’est ce qu’ils ont appris de leurs parents, de leur Église, de leur éducation ou de leur culture en récitant par cœur les prières toutes faites qu’ils ont mémorisées. Parfois, ils s’adonnent même à des rituels particuliers selon les croyances de leur culture. En Vérité, tous ces gens ont autant de chance de voir leurs demandes et leurs prières exhaussées que celui qui s’achète un billet de loterie pour gagner le gros lot.
La prière se doit d’être un dialogue quotidien avec Dieu ou l’Univers. Cela ne fait aucune différence que votre demande soit adressée à Jésus, Bouddha, Dieu, au Créateur, à l’Univers, à la Source, à la Vie, … car tout ce qui compte est que votre dialogue soit sincère, honnête et altruisme. Vous devez agir dans votre quotidien comme des êtres de conscience pour que vos demandes soient exhaussées; c’est-à-dire qu’il faut que vos faits et gestes prennent origine dans l’Amour, et qu’ils servent l’humanité, tel est le but ultime de la vie. Cela sous-entend que vous devez aider les autres à chaque fois que l’occasion se présente et ce, dans un partage gratuit, sans arrière pensée de recevoir quoi que ce soit comme récompenses ou pour flatter votre ego. N’oubliez jamais qu’il n’existe aucun meilleur exercice pour le cœur que d’aider quelqu’un à se relever.

La véritable prière établit un dialogue entre deux cœurs qui devient une Union. Dès cet instant, elle ne peut qu’engendrer la concrétisation de la demande qui est commune : la fin d’une dysharmonie. Vous devez formulez vous-mêmes vos propres prières au détriment des prières traditionnelles toutes faites d’avance, lancées en l’air comme des bouées de sauvetage. Ce dialogue quotidien qu’est la prière ne doit pas être exclusivement basé sur des demandes. Il doit contenir des remerciements et de la reconnaissance pour tout ce que vous avez obtenu. Faites de la prière un don d’Amour plus qu’une demande impatiente de votre ego. La prière se doit d’être le prolongement de vous-mêmes.

Sébastien Plante
Physiothérapeute et ostéopathe
www.sebastienplante.com